Forteresse – Georges Panchard (Ailleurs & Demain)


Après une guerre civile musul­mans vs reste des gens, l’Europe s’est retran­chée dans une citadelle, les States ont vu l’émer­gence d’un pouvoir ultra religieux et les grandes entre­prises ont décidé que l’assas­si­nat ou le terro­risme pouvait être un moyen d’action comme un autre pour s’impo­ser.
Clayborne, respon­sable de la sécuri­té de Haviland Corpo­ra­tion, découvre que son patron est visé par les Bibleux US. Nom de code : ”Ghost”. Le voilà en train de courir dans tous les sens pour déter­mi­ner quelle avancée techno­lo­gique se cache derrière cette dénomi­na­tion.
Panchard est un Suisse franco­phone qui n’a pas peur de dépas­ser le politi­que­ment correct et certaines de ses prospec­tives vous secoue­ront un petit peu si vous êtes un lecteur de Téléra­ma tendance Attac. Mais il a l’intel­li­gence de ne pas faire un roman politique pour se focali­ser sur le côté thril­ler. Et atten­dez vous à quelque chose de grati­né. La mise en page est un peu dérou­tante au début avec des allers retours dans le temps (il faut bien lire la date indiquée au début de chaque chapitre) mais l’action et l’écri­ture sont efficaces avec plein de gadgets très rigolos, un côté James Bond du futur qui fait un contraste merveilleux avec le dénoue­ment très sombre du bouquin.
Un excellent bouquin, ma foi, qui vous fera décou­vrir les canons de beauté à la mode améri­caine du prochain siècle…

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

3 commentaires

  • Humm, je ne suis pas tout à fait d’accord. Plus qu’un livre sur l’ave­nir des States c’est d’abord un thril­ler.
    Pour ce qui est de Syndi­cate, malgré avoir termi­né en entier le premier et son exten­sion, je ne me rappe­lai même plus que c’était basé sur une guerre de socié­té :-) (quel bon jeu en tous les cas).

  • Mon commen­taire était un peu short, ce bouquin décrit entre autres choses un futur plausible de l’Amé­rique puritaine actuelle.
    Dieu nous garde d’une telle eventua­li­té ;o(
    Un habile thril­ler avec de petits morceaux dickiens dedans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *