Voir du Ferenc Pintér à Paris

Hier, c’était sor­tie dans la Grande Ville à l’occasion de l’exposition Douanier Rousseau – non, je ne chan­te­rai pas – à Orsay. Un peu de monde – nous sommes tom­bés à l’heure des groupes – toutes les grandes œuvres fas­ci­nantes et – comme c’est la mode de nos jours – plu­sieurs tableaux d’autres artistes pour remettre le Douanier dans l’Histoire de la pein­ture. C’est tou­jours sym­pa de voir du Gauguin, Picasso ou Ingres même si ça fait un peu bizarre. Le Douanier n’a pas seule­ment ins­pi­ré ses col­lègues peintres “offi­ciels” mais a pro­fon­dé­ment influen­cé l’illustration – je pense à Nicole Claveloux ou Nicollet dans mes favo­ris avec son côté manié­riste asso­cié à des images oni­riques qui tra­ver­se­ront les siècles.

Au moment où ma ché­rie me pro­po­sait cette sor­tie et me deman­dais si rien d’autre ne me ten­tait, j’ouvrais mes mails et tom­bais sur une invi­ta­tion de la Galerie Martel pour une expo­si­tion consa­crée à Ferenc Pintér. Des ori­gi­naux de Pintér expo­sés ! Il ne fal­lait pas que je manque cela !

Ferenc Pintér chez Martel

La gale­rie pré­sente toute une palette de l’œuvre de Pintér – illus­tra­tions, cou­ver­tures de livres, crayons, pein­tures pour des affiches – et ce qui m’a le plus frap­pé, c’est la taille quelque fois minus­cule de cer­taines des images. Les prix étant bien trop éle­vés pour moi, je me suis rabat­tu sur les pro­duits en vente mais même là, pas facile de suivre.
L’exposition se ter­mine le 23 avril 2016.

pinter-martel-73

pinter-martel-51

pinter-martel-75

pinter-martel-38

pinter-martel-43

pinter-martel-44

Monographie chez Segni & Disegni

monographie-ferenc-pinter-couv

Vous trou­ve­rez sur place un port­fo­lio d’illustrations pour Moby Dick et en deux ver­sions, le Pinocchio et le Pintér Inedito à des prix rai­son­nables. Mais mon inté­rêt s’est por­té sur la mono­gra­phie et les cou­ver­tures pour Maigret, tous les deux publiés chez Segni & Disegni. En grand for­mat – contrai­re­ment aux livres publiés chez Little Nemo comme le Tutti i Maigret di Pintér – et très bien impri­més, ils sont très très chers (genre deux Noël et un anni­ver­saire) mais impos­sible à trou­ver hors édi­teur (et le Maigret n’est même pas lis­té sur leur site). La mono­gra­phie est signée et numé­ro­tée. Elle par­court l’ensemble des dif­fé­rents tra­vaux réa­li­sés par Pintér et donne une bonne vision de sa palette et de son tra­vail.

monographie-ferenc-pinter

monographie-ferenc-pinter-03

monographie-ferenc-pinter-02

monographie-ferenc-pinter-01

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

8 commentaires

    • J’ai appris qu’il tra­vaillait à la tem­pe­ra. Après McGinnis, c’est le second artiste moderne que je croise qui tra­vaille comme ça. Je vais essayer du coup.

      • Ma mémoire étant deve­nue… ce qu’elle est, je ne poste plus d’astuces (au moins sur le blog du vigi­lant Li-An) sans avoir, d’abord, véri­fié sur wiki­pé­dia que je ne pédale pas dans la semoule. Vérification faite, si la source de toute connais­sance confirme que la tem­pe­ra était bien à l’origine, comme on me l’a appris à l’école, une pein­ture “à l’œuf”, l’article se ter­mine sur cette note :
        “Le terme « tem­pe­ra » est éga­le­ment employé actuel­le­ment par quelques fabri­cants de pein­ture pour dési­gner la pein­ture ordi­naire uti­li­sée pour des affiches et qui est une forme bon mar­ché de gouache (pein­ture à l’eau opaque) qui n’a rien à voir avec la véri­table pein­ture tem­pe­ra à l’œuf.”
        Du coup, il me vient un doute : quand la bio d’un illus­tra­teur contem­po­rain men­tionne qu’il “uti­lise la tem­pe­ra”, cela veut-il dire qu’il broie ses pig­ments à la main tel Léonard et les mélange à du jaune d’œuf dosé selon sa for­mule secrète, ou qu’il peint à la gouache ?

        • J’ai vu en effet une boîte de “tem­pe­ra” en vente qui n’était que de la vul­gaire gouache. Mais tous les artistes sur le Web qui parlent de tem­pe­ra tra­vaillent à l’œuf. Il y a aus­si des tubes prêts à l’emploi que je vais essayer – œuf + huile.

  • Vivant,de grande classe sans jouer l’emphase:mon for inté­rieur me signale que tu as fait le bon choix de sor­tie.

    • D’un autre côté, je n’ai pas trop étu­dié les autres expos – mais il me semble qu’il y a un truc à Beaubourg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *