Voir du Ferenc Pintér à Paris

Hier, c’était sortie dans la Grande Ville à l’occasion de l’exposition Douanier Rousseau – non, je ne chante­rai pas – à Orsay. Un peu de monde – nous sommes tombés à l’heure des groupes – toutes les grandes œuvres fasci­nantes et – comme c’est la mode de nos jours – plusieurs tableaux d’autres artistes pour remettre le Douanier dans l’Histoire de la peinture. C’est toujours sympa de voir du Gauguin, Picas­so ou Ingres même si ça fait un peu bizarre. Le Douanier n’a pas seule­ment inspi­ré ses collègues peintres ”officiels” mais a profon­dé­ment influen­cé l’illustration – je pense à Nicole Clave­loux ou Nicol­let dans mes favoris avec son côté manié­riste associé à des images oniriques qui traver­se­ront les siècles.

Au moment où ma chérie me propo­sait cette sortie et me deman­dais si rien d’autre ne me tentait, j’ouvrais mes mails et tombais sur une invita­tion de la Galerie Martel pour une exposi­tion consa­crée à Ferenc Pintér. Des origi­naux de Pintér exposés ! Il ne fallait pas que je manque cela !

Ferenc Pintér chez Martel

La galerie présente toute une palette de l’œuvre de Pintér – illus­tra­tions, couver­tures de livres, crayons, peintures pour des affiches – et ce qui m’a le plus frappé, c’est la taille quelque fois minus­cule de certaines des images. Les prix étant bien trop élevés pour moi, je me suis rabat­tu sur les produits en vente mais même là, pas facile de suivre.
L’exposition se termine le 23 avril 2016.

pinter-martel-73

pinter-martel-51

pinter-martel-75

pinter-martel-38

pinter-martel-43

pinter-martel-44

Monographie chez Segni & Disegni

monographie-ferenc-pinter-couv

Vous trouve­rez sur place un portfo­lio d’illustrations pour Moby Dick et en deux versions, le Pinoc­chio et le Pintér Inedi­to à des prix raison­nables. Mais mon intérêt s’est porté sur la monogra­phie et les couver­tures pour Maigret, tous les deux publiés chez Segni & Disegni. En grand format – contrai­re­ment aux livres publiés chez Little Nemo comme le Tutti i Maigret di Pintér – et très bien impri­més, ils sont très très chers (genre deux Noël et un anniver­saire) mais impos­sible à trouver hors éditeur (et le Maigret n’est même pas listé sur leur site). La monogra­phie est signée et numéro­tée. Elle parcourt l’ensemble des diffé­rents travaux réali­sés par Pintér et donne une bonne vision de sa palette et de son travail.

monographie-ferenc-pinter

monographie-ferenc-pinter-03

monographie-ferenc-pinter-02

monographie-ferenc-pinter-01

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

8 commentaires

    • J’ai appris qu’il travaillait à la tempe­ra. Après McGin­nis, c’est le second artiste moderne que je croise qui travaille comme ça. Je vais essayer du coup.

      • Ma mémoire étant devenue… ce qu’elle est, je ne poste plus d’astuces (au moins sur le blog du vigilant Li-An) sans avoir, d’abord, vérifié sur wikipé­dia que je ne pédale pas dans la semoule. Vérifi­ca­tion faite, si la source de toute connais­sance confirme que la tempe­ra était bien à l’origine, comme on me l’a appris à l’école, une peinture ”à l’œuf”, l’article se termine sur cette note :
        ”Le terme « tempe­ra » est égale­ment employé actuel­le­ment par quelques fabri­cants de peinture pour désigner la peinture ordinaire utili­sée pour des affiches et qui est une forme bon marché de gouache (peinture à l’eau opaque) qui n’a rien à voir avec la véritable peinture tempe­ra à l’œuf.”
        Du coup, il me vient un doute : quand la bio d’un illus­tra­teur contem­po­rain mentionne qu’il ”utilise la tempe­ra”, cela veut-il dire qu’il broie ses pigments à la main tel Léonard et les mélange à du jaune d’œuf dosé selon sa formule secrète, ou qu’il peint à la gouache ?

        • J’ai vu en effet une boîte de ”tempe­ra” en vente qui n’était que de la vulgaire gouache. Mais tous les artistes sur le Web qui parlent de tempe­ra travaillent à l’œuf. Il y a aussi des tubes prêts à l’emploi que je vais essayer – œuf + huile.

    • D’un autre côté, je n’ai pas trop étudié les autres expos – mais il me semble qu’il y a un truc à Beaubourg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *