Destination ténèbres (Frank M. Robinson – Lunes d’Encre Denoël)

robinson-destination-tenebres

Après Le Pouvoir, voi­là donc le second ouvrage de Frank M. Robinson publié en France, cette fois-ci de la SF que l’on pour­rait qua­li­fier de clas­sique.
Moineau se réveille. Il a dix sept ans, il est à bord d’un vais­seau d’exploration humain qui par­court l’univers à la recherche de vie extra-terrestre et tout ce dont il se rap­pelle, c’est qu’il a failli mou­rir sur une des pla­nètes visi­tées. Le voi­là redé­cou­vrant un vais­seau de 2000 ans d’âge et son équi­page qui ne le regarde pas tout le temps d’un bon oeil. Qui sont ses amis, qui sont ses enne­mis, pas évident de lire l’âme humaine quand on est un jeune adulte plein d’énergie qui redé­couvre les rela­tions humaines. Et encore, ce ne serait que ça : après 2000 ans de voyage sans aucun suc­cès, le Capitaine a déci­dé de tra­ver­ser un espace vierge de toute pla­nète, une immense zone vide où le vais­seau risque de s’échouer par manque de matières pre­mière. Et le Capitaine c’est Dieu à bord. Après tout, il est immor­tel…

Comme pour Le Pouvoir, on a droit à un grand roman para­noïaque accen­tué par la claus­tro­pho­bie. Les rap­ports de Moineau avec son entou­rage sont plein de non-dits, de sous-entendus et d’une attente qui le dépasse. Malgré les ami­tiés et les amours, il semble qu’il ne puisse faire confiance à per­sonne. Rien qu’avec ça, on tien­drait un bon bou­quin. Mais Robinson va encore plus loin : il s’interroge sur la consti­tu­tion d’une socié­té repliée sur elle-même, ses rites amou­reux ou repro­duc­tifs, la façon dont elle peut sur­vivre au voyage. Et enfin, l’histoire elle-même se dévoile strate par strate, de manière par­fai­te­ment cohé­rente avec un sens du rebon­dis­se­ment impres­sion­nant. Les pre­mières et der­nières phrases sont deux petits bijous et entre ces deux là, un roman SF incon­tour­nable.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *