Chroniques de Bustos Domecq (Jorge Luis Borges & Adolfo Bioy Casares – Pavillon Poche)

chroniques-bustos-domecq-borges-casares

Je dois recon­naître qu’en ache­tant ce livre, je pen­sais en fait à Six pro­blèmes pour Don Isidro Parodi, écrits à quatre mains par les mêmes Borges et Bioy Casares. Quelle ne fut pas ma sur­prise en décou­vrant des chro­niques lit­té­raires et cultu­relles ! Les deux roman­ciers nous font (re)découvrir de grands artistes de leur pays – l’Argentine – et du monde avec un enthou­siasme intri­gant…
Dans le der­nier -excellent- film de François OzonDans la mai­sonKristin Scott Thomas inter­prète le rôle d’une gérante de gale­rie d’art qui essaie de vendre des oeuvres qui déroutent son mari. Elle lui met sur les oreilles un casque hifi pour lui faire décou­vrir une pein­ture: l’artiste décrit un tableau qu’il a peint mais qu’il n’expose que sous forme audi­tive. Cet artiste aurait eu tout à fait sa place dans les chro­niques de Domecq, spec­ta­teur émer­veillé des inno­va­tions concep­tuelles des artistes contem­po­rains – l’écrivain qui se conten­tait de reco­pier les oeuvres de ses confrères avant de les signer de son nom, le peintre qui recou­vrait ses tableaux d’une épaisse couche de pein­ture noire, ne conser­vant que le titre, la troupe de théâtre de rue qui imite à la per­fec­tion les gestes de tous les jours… – quoique de plus en plus désin­volte dans son admi­ra­tion. Un humour iro­nique réjouis­sant qui étrille avec intel­li­gence l’art concep­tuel.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

4 commentaires

  • Il ne faut sur­tout pas renon­cer à ton pro­jet ini­tial qui était, si j’ai bien com­pris, de lire Six pro­blèmes pour Don Isidro Parodi: le livre est est tout à fait de la même veine que les Chroniques de Bustos Domecq (il y a d’ailleurs des per­son­nages secon­daires qu’on retrouve dans les deux recueils), les cri­mi­nels que démasque Don Isidro ont en com­mun avec les artistes à qui Bustos tresse des cou­ronnes le même péché mignon: l’ambition de péter plus haut que leur cul (ce qui, dans le domaine du crime, donne des résul­tats pit­to­resques).

  • Les Six pro­blèmes vont être réédi­tés en jan­vier. J’ai vu qu’il y avait aus­si de Nouvelles chro­niques qui m’ont l’air bien gra­ti­nées.

  • Tiens ça me donne envie de relire le Traie de Craie de Prado, pla­cé jus­te­ment sous l’égide conjointe de Borges et Bioy Casares !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *