Le pavé de Thierry Martin

Hors cadre (Thierry Martin – Éditions Black & White)

thierry-martin-hors-cadre-couv

Avec ses 320 pages et ses 27 cm × 27 cm à la louche, voi­là un art book qui sort de l’ordinaire et prin­ci­pa­le­ment parce que l’artiste mis en avant, le ci–devant Thier­ry Mar­tin, n’est pas très connu du grand public. Ce genre d’ouvrage est réser­vé en géné­ral aux stars de la plume, aux auteurs de série à suc­cés et il est du coup assez exci­tant de décou­vrir un véri­table pari édi­to­rial.

thierry-martin-hors-cadre-04

Franco-belge for ever

Un jour, les « belles per­sonnes », comme le dit si joli­ment M. Mélan­chon, se ren­dront compte des qua­li­tés du cou­rant fran­co-belge en bande des­si­née. Lisi­bi­li­té, dyna­misme, ambi­tion nar­ra­tive et contraintes sti­mu­lantes (le 46 planches est une espèce de per­fec­tion en soi). Je pas­se­rai sous silence ses défauts tout aus­si nom­breux. Mar­tin réunit toutes ces qua­li­tés avec en plus une liber­té d’inspiration rare et qui se reflète dans ce gros livre.

thierry-martin-hors-cadre-03

Spirou et les gros seins

Le gros mor­ceau du bou­quin est com­po­sé de tra­vaux réa­li­sés pour le maga­zine Spi­rou – his­toires courtes, hom­mages, jeux – mais aus­si des exemples de ses pré­cé­dents albums, des pro­jets et des tra­vaux per­son­nels (dont ses filles très rondes et désha­billées que j’aime beau­coup).

Le seul reproche que je ferai, c’est l’empilement de pages gags édi­tos qui sont d’une taille ridi­cule et mes pauvres yeux fati­gués ont souf­ferts.

thierry-martin-hors-cadre-02

thierry-martin-hors-cadre-01

thierry-martin-hors-cadre

thierry-martin-hors-cadre-b-02

thierry-martin-hors-cadre-b-01

thierry-martin-hors-cadre-b

Les ama­teurs d’arbres vont se réjouir puisque Robin voue un véri­table culte gra­phique à cet inver­té­bré lon­gi­ligne. Mais il refuse de les mélan­ger avec des femmes nues.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

2 commentaires

  • Avec David Dethuin,Thierry Mar­tin fait par­tie de ces artistes qui me redonnent,régulièrement,le goût de la bd,un souffle;le bon­heur d’un récit en marche.Un tra­vail de la cou­leur tou­jours délicat,réjouissant.Je ne vais pas lou­per ce pavé!(dont j’ignorais l’existence)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *