Trap, une BD qui a du peau

burgnat-trap-couv

Comme je suis devenu fan du boulot de Mathieu Burniat, je guette tout ce qu’il sort. Je me deman­dais encore récem­ment s’il allait oser réali­ser quelque chose de person­nel après plusieurs albums à concept scien­ti­fique et ce Trap paru chez Dargaud est là pour me rassu­rer.

Dans un univers quelque peu post apoca­lyp­tique et magique (ça fait très Corben en fait), un homme seul et son chien bleu survivent tant que mal grâce à un pouvoir que tous partagent : en enfilant la peau d’une bête, l’homme en acquiert la force. Il va croiser la route d’une créature infer­nale et d’un chasseur très malin…
C’est vraiment une BD très chouette comme en n’en fait plus trop chez les grands éditeurs, un truc vague­ment Humano de la grande époque sans parole et barré. Du coup, je vais conti­nuer à être fan de Burniat, et c’est plutôt une bonne nouvelle.

burgnat-trap

burgnat-trap-01

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, ,

4 commentaires

  • J’ai trouvé la logique du scéna­rio impec­cable : tordue, mais impec­cable.
    En revanche, certains choix graphiques m’ont laissé perplexe ; le dessin est dans l’ensemble très simple, efficace, et parfois inuti­le­ment compli­qué. Un exemple parmi d’autres, ces petits nuages blancs dans la dernière case de la première planche repro­duite, est-ce qu’ils servent vraiment à quelque chose ?

  • Moi j’aime bien ”pouf pouf pouf” dans ta tête. Dans le genre compli­qué dans le dessin qui m’a dépas­sé, le dernier Pedro­sa se pose bien là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *