Superman – Infinite City (Mike Kennedy & Carlos Meglia – Panini Comics)

Dans la vie de lec­teur de BD assoif­fé de des­sins, on tombe sou­vent sur des albums jolis à regar­der et gon­flants à lire. Passons donc rapi­de­ment sur un scé­na­rio qui voit Superman pas­ser dans un monde paral­lèle où son papa est repro­gram­mé dans un robot, son alter ego géné­tique a le même coif­feur, les seconds rôles n’ont pas le temps d’expliquer qui ils sont et pour­quoi ils font ce qu’ils font et les robes des filles sont col­lées SOUS les seins (???).
Mais le tra­vail gra­phique pose des ques­tions inté­res­santes. Il y a là un mélange de cou­leurs directes, de pho­tos retra­vaillées à l’ordi, de des­sin tra­di­tion­nel, le tout soi­gneu­se­ment poli qui rap­pelle quelque part __Sienkiewicz__ des grands jours. Ça pour­rait être com­plè­te­ment indi­geste (et ça le sau­ra pour beau­coup) mais, per­son­nel­le­ment, je trouve que ça tient bien la route. On a un peu l’impression de regar­der une super pro­duc­tion BD et ça n’arrive pas sou­vent. Le revers de la médaille, c’est que le soin extrême por­té au des­sin donne l’impression de regar­der des images tirées d’un des­sin animé…avec les mêmes sen­sa­tions de per­son­nages en arrêt.

ne jamais perdre la boule
clic l’image

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *