Superman – Infinite City (Mike Kennedy & Carlos Meglia – Panini Comics)

Dans la vie de lecteur de BD assoiffé de dessins, on tombe souvent sur des albums jolis à regarder et gonflants à lire. Passons donc rapidement sur un scénario qui voit Superman passer dans un monde parallèle où son papa est reprogrammé dans un robot, son alter ego génétique a le même coiffeur, les seconds rôles n’ont pas le temps d’expliquer qui ils sont et pourquoi ils font ce qu’ils font et les robes des filles sont collées SOUS les seins (???).
Mais le travail graphique pose des questions intéressantes. Il y a là un mélange de couleurs directes, de photos retravaillées à l’ordi, de dessin traditionnel, le tout soigneusement poli qui rappelle quelque part __Sienkiewicz__ des grands jours. Ça pourrait être complètement indigeste (et ça le saura pour beaucoup) mais, personnellement, je trouve que ça tient bien la route. On a un peu l’impression de regarder une super production BD et ça n’arrive pas souvent. Le revers de la médaille, c’est que le soin extrême porté au dessin donne l’impression de regarder des images tirées d’un dessin animé…avec les mêmes sensations de personnages en arrêt.

ne jamais perdre la boule
clic l’image

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *