Stories B (Massimo Mattioli – l’Association)

couv

Fin des années 80. ”Corto Maltese”, le magazine. Les auteurs italiens de l’époque, tous plus ambitieux et doués les uns que les autres. Et au milieu, Mattio­li et ses délires dickiens, ses cases toutes identiques, ses recherches narra­tives, ses clins d’oeil rock, comix ou horri­fiques, ses BD géomé­triques, ses histoires sans queue ni tête. Des histoires courtes. Étranges. Et belles. Du Mattio­li, quoi…

perversion mécanique

m à j du 06/​07/​08 : juste un petit mot pour souli­gner le travail de Mattio­li sur la narra­tion. Certaines de ces histoires sont une suite d’images reliées unique­ment par le texte. Une autre se contente de montrer des figures géomé­triques. Dieu sait si je déteste les expériences stériles, les artistes nombri­listes mais dans le cas de Mattio­li, il y a toujours une espèce de fièvre conta­gieuse, une dérision qui emporte tout.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, ,

7 commentaires

  • Es-tu sûr qu’il soit passé dans ”Corto” ?
    N’était-ce pas plutôt dans ”Chic”, un magazine bd qui a eu une assez courte vie dans les 80’s (un peu trash et racoleur), mais au sommaires bien fournis.
    On y trouvait de belles pages de Got sursa­tu­rées de couleur, mais aussi Libera­tore, Clave­loux, Kelek, Loustal… et des espagnols et bien d’autres, un peu dans le genre ”écho des savanes” quand ils faisaient encore de la bd.

  • Ben, j’ai mis ce que j’ai lu dans la BD. C’était peut-être la version italienne (moi aussi j’ai été surpris, j’avais une vision très sérieuse du magazine en question).

  • Et en plus, le magazine s’appelle ”Corto Maltese” (et non ”Corto” comme en France). Merci pour cette préci­sion, Totoche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *