Riche, pourquoi pas toi ? (Marion Montaigne – Dargaud)

marion-montaigne-riche_02

Je n’atten­dais pas Marion Montaigne côté socio­lo­gie, pensant qu’elle était déjà bien occupée avec tous ces beaux scien­ti­fiques à moustache à draguer…
Riche, pourquoi pas toi ? est une drôle de BD basée sur les travaux de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, deux socio­logues qui se sont deman­dés un jour pourquoi leur disci­pline devait obliga­toi­re­ment se pencher sur les ouvrières du textile ou les OS de chez Renault.
Michel et Monique, ne trouvant personne au rayon socio­lo­gie d’une grande librai­rie, s’invitent chez Philippe, amateur de BD Soleil. Ils veulent lui faire décou­vrir le monde des riches – comment devient-on riche, quelles sont les règles de vie de cette élite monétaire, comment elle défend ses valeurs et son patri­moine. Ça tombe bien, Philippe gagne au Loto et il va pouvoir essayer de mettre en pratique les leçons des deux socio­logues.

Comme toujours chez Montaigne, c’est drôle voire très drôle. Les leçons sont illus­trées d’exemples décapants – Bruce Wayne en exemple de gestion de patri­moine – et on apprend des choses mine de rien. Mais en réflé­chis­sant à l’angle d’attaque de mon billet, je me suis rendu compte que j’étais un peu perdu. Cette légère­té, si elle permet de faire passer des choses intéres­santes, donne aussi l’impres­sion d’effleu­rer quelques thèmes qui auraient mérité d’être plus creusés ou du moins d’être plus concrets. Dans ce cas précis, l’humour met un peut trop de distance avec le sujet surtout que les problèmes d’adap­ta­tion des joueurs de loto est un sujet telle­ment rabat­tu que ça ne m’a pas vraiment passion­né.
Et, paradoxa­le­ment, en choisis­sant une conclu­sion politique, en mettant en avant des propo­si­tions, si Montaigne fait preuve d’un engage­ment finale­ment très rare en BD – je ne parle pas des petites struc­tures indépen­dantes engagées qui visent un public déjà acquis à la cause – elle se révèle aussi extrê­me­ment frustrante (on se doute bien que ce n’est pas deux propo­si­tions qui vont inver­ser le poids de la finance). De plus, les Pinçon-Charles se sont surtout penchés sur les Français riches et à l’heure de la mondia­li­sa­tion des capitaux et des flux finan­ciers, ça fait un petit peu petit bras – comme si on parlait du foot en ne s’inté­res­sant qu’aux Bleus.

marion-montaigne-riche-site

Au final, un album un peu trop fourre-tout à mon avis mais qui rappelle ou fait décou­vrir quelques vérités avérées qu’il faut bien méditer : les riches ne font pas profi­ter les autres de leur argent, la grande finance spécule sur la crise, l’Art contem­po­rain fait intime­ment partie du système spécu­la­tif et la grande bourgeoi­sie est un milieu très soudé et solidaire, très conscient de ses intérêts et qui se défend mieux du fait de cette solida­ri­té.
Ça peut toujours être utiles lors des débats lors du repas de Noël quand on arrive­ra au rayon élections munici­pales.

Petite remarque au passage : Marion Montaigne ne sera pas au festi­val BD à la Réunion dans quelques semaines malgré son prix Margouillat et j’en suis fort peiné.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

4 commentaires

  • J’aurais aimé aller à la Réunion!! mais j’ai du rater un mail ! J’ai pas reçu d’invit ou en ai raté une. J’aurais débat­tu avec plaisir au bord de ma mer natale de la joie ou non d’être gagnant du loto !

    Souvent on reproche au livre de n’abor­der qu’un aspect des problèmes actuels de la socié­té ce qui prouve bien que richesse, pouvoir, énono­mie, mondia­li­sa­tion etc etc. sont étroi­te­ment imbri­qués, l’un condui­sant à l’autre, comme on tire sur le fil d’une pelote. D’une groooossse pelote ^^

    bises

    • Malheu­reu­se­ment, je sais fort bien que ton absence n’est pas de ton fait – et nous avons tenté avec nos petits bras et nos petits poings de te faire venir. Je suis un peu dégu’ pour le coup et j’espère que ça pourra se faire une prochaine fois.

      Je comprends que ton album ne puisse pas régler tous les problèmes du monde en 200 pages :-) J’ai quand même une question : les quelques propo­si­tions qui apparaissent viennent de toi ou des Pinçon-Charlot ? Dans ma tête il y avait un petit doute.

  • Ha ouf, j’ai cru que j’avais raté un mail, ça m’aurait fait bien de la peine !

    Les propo­si­tions sont en majori­té celles des P‑C mûrement discu­tées ensemble. Donc ce sont des propo­si­tions auxquelles j’adhère. Mais je note toutes ces remarques, c’est intéres­sant, je leur en parle­rai ! Le sujet est si vaste !

    J’espère que si ça nourrit les repas de Noel, ça va pas se fighter devant la crèche du petit jésus…

    NB : c’est Pinçon-Charlot (pas Pinçon-charles ^^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *