Retour d’Angoulême 2011

J’aurai pu faire semblant de rien et vous présenter le travail d’un artiste moldave incroyable de virtuosité mais mes passages à Angoulême se font trop rares (sans compter la nomination) pour faire mon blasé.
D’abord merci à tous pour vos messages de félicitation qui me vont droit au coeur: oui je méritais ce Prix du Meilleur Album et Moebius l’a dans le baba, ah ah ah ! On me souffle dans l’oreillette que pas du tout, j’étais dans la catégorie « biographie de peintres célèbres » et que ce Prix a été annulé au dernier moment pour cause raison budgétaire ? Rhalala, mais ce n’est pas croyable ! Voilà comment on brise le moral des Grands Artistes !

et je n'ai pas tout mis, évidemment

Avant d’arriver à ce grand moment de souffrance non partagée, je vous propose un aperçu de l’Aventure humaine que représente un séjour à Angoulême pour un professionnel comme moi (j’imagine que c’est le 65° témoignage du genre que vous lisez depuis jeudi). L’Auteur BD en partant pour Angoulême a deux choses importantes en tête: la qualité de son hôtel et son planning de dédicace. En effet, suivant que l’hôtel se trouve en ville ou à Perpète les Gonnettes a une grande importance pour la gestion 1. de la sieste 2. des soirées arrosées et des possibilités de retrouver son lit. Le planning va permette de gérer 1. sa gueule de bois 2. la visite des expos et la rencontre avec les copains/copines (oui, il y a de plus en plus d’auteurs femmes, vous avez dû le remarquer). Avec un séjour réduit au week end dans mon cas, la position de l’hôtel était moins stratégique. Le planning avait été réalisé probablement avec l’idée de compenser mon absence sur les autres jours: arrivé à 11h à Angoulême, je devais dédicacer de 13h à 17h (pause interview) et le lendemain de 10h à 12h et de 14h à 17h – train du retour à 18h10. Soit neuf heures de dédicaces en une journée et demi. Grâce à Dieu, RFO, Éric & Ramzy et la cérémonie de remise des Fauves, j’ai pu alléger ce marathon et même me promener un peu (je n’ai pas de photo de moi dédicaçant à côté de ces charmants comiques mais ça devrait arriver). J’ai donc casé sur le samedi: 11h30 à midi, passage éclair à la Bulle New York (budget livres épuisé en cette même demi-heure), 18h-20h visite du CNDBI + re Bulle New York et retrouvailles émue avec vieil ami. Évidemment, l’évènement de ce festival pour moi, ça a été la grève des employés de l’Association. JC Menu s’enfuira-t-il avec une tonne et demi d’or ? Seul le soutien des USA pourrait éventuellement éviter ce triste épilogue. Malheureusement, les festivaliers qui étaient présents depuis jeudi n’avaient aucun désir de discuter avec moi de cette péripétie étonnante vu qu’ils avaient épuisé le sujet depuis deux jours. Les rencontres inattendues, ça a été Jason qui semblait se demander qui était cet excité de chez Glénat qui cherchait à communiquer avec lui et Jean-Claude Loiseau, critique BD à Télérama, qui s’est révélé, comme on pouvait s’y attendre, charmant, curieux et ouvert d’esprit. Me voilà obligé d’aller corriger tous mes billets de ce blog où je fais le mariolle sur le dos du prestigieux hebdomadaire…
Je vais en profiter pour remercier l’équipe Glénat qui ont fait en sorte de bien m’accueillir et que je ne m’ennuie pas :-), faire mes excuses aux gens que j’aurais bien aimé revoir et que ça n’a pas été possible et la bise à Reine pour son cari poulet. Les livres, revues et albums achetés seront chroniqués dans les semaines à venir…
ben finalement, je ne parlerai pas de la cérémonie: la musique était très bien (le groupe de Bashung), les gags un peu pourris mais sympas et j’ai découvert qu’il y avait un nouveau prix et logo (le Fauve, je sais, je mets du temps à percuter). Le troisième depuis la création du festival, comment voulez-vous que les grands médias vous prennent au sérieux… Et qu’il a fallut que je courre pour choper mon train.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

11 commentaires

  • On s’y croirait…Et la chanson « BIJOU »de Bashung en fond sonore(pour répondre à ce brin de mélancolie).
    Oui, »GAUGUIN » est un grand livre;je suis content que Manuele Fior soit davantage mis en avant…Et je salue l’audace,la pertinence et le courage oui disons-le du choix du grand prix.J’en ai encore des frissons (C’est pas beau l’ironie.Bon…)
    Il est comment ce diable de JASON?En vrai?

  • Il a l’air très timide mais ma faconde lui a fait peut-être peur. J’ai honte de dire que je n’ai même pas eu l’occasion de feuilleter l’album du lauréat – mais ce n’est pas tout à fait ma faute. J’espère avoir l’occasion de voir à quoi ressemble son travail rapidement.

  • en fait, on n’a rien raté en ne venant pas :p… comme tous les ans.
    quoique la coupe de champ’ avec Li-An, c’était bien :)

  • Pas mal le coup pour être dans les petits papiers de Télérama !
    J’y étais le vendredi, et je voulais te saluer car j’avais vu ça « 11H15
    Rencontre Sélection Officielle – Li-An  » mais je suis arrivé vers 11h25 et je n’ai vu personne :-(

  • Désolé, Glénat n’a pas pu modifier mon planning pour cette rencontre. C’est un peu débile puisqu’on a été prévenu bien après que mon séjour ait été organisé. Angoulême, ils t’envoient un mail « il faut que vous passiez vendredi à 11h30 et vous n’avez pas intérêt à être en retard » sans même te demander ton avis… Dommage qu’on ne se soit pas croisé.

  • Je n’en ai pas parlé parce que si la réédition est belle, je n’accroche pas du tout à l’histoire pour de nombreuses raisons.

  • Bon, on va le mettre rapidement ici. Je n’avais lu aucun de leurs albums BD parce que je n’étais pas à l’aise avec leur univers/dessin. La réédition m’a donné envie de lire celui-là (les couleurs sont vraiment impec). Mais je ne suis pas rentré dedans. J’imagine que les amateurs doivent se régaler mais les persos sont trop à la limite de la caricature pour moi. C’est à 100 à l’heure tout le temps et ça m’a saoûlé. La construction du scénario ne m’a pas non plus convaincu (pourquoi faire le casse en passant par des amateurs ??? Pas vraiment convaincant). Je pense que c’est un genre très particulier et ça ne correspond pas à mes goûts (ou alors pas de cette manière).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *