Mila – Caravane t.1 (Oliviet Milhiet – Delcourt)

en bas à droite, une perruque

Il était temps que je rende hom­mage sur ce blog à l’ex de la Première Dame de France, c’est à dire Raphaël et son tube “Caravane” ! Quelle voix, quelle talent- ah, on me parle dans l’oreillette, on me dit que pas du tout, il s’agit de BD.
Voilà donc un billet mi-copinage mi-choco. J’ai déjà par­lé plus haut de l’ouverture du blog d’Olivier Milhiet, ouver­ture qui coïn­ci­dait comme par hasard avec la sor­tie de ce nou­vel album, pre­mier d’une série plu­tôt orien­tée SF/fantastique et que lui-même appelle “fan­ta­sy” (en quoi il a tort si j’en juge par ceci http://​fr​.wiki​pe​dia​.org/​w​i​k​i​/​F​a​n​t​asy). On l’aura atten­du ce nou­vel opus Milhiesque après trois tomes du cultis­sime Spoogue (et réel­le­ment vrai­ment culte puisqu’adoré par une poi­gnée de fidèles baveux et un peu frap­pa­dingues). Spoogue est un poi­reau humain plon­gé dans un uni­vers fan­ta­sy pour le coup, pas­sant son temps à frap­per à coups de pelle moi­nillon et démons avec un mau­vais esprit tout à fait réjouis­sant mais fort peu Delcourien. Comment une BD aus­si ico­no­claste et rava­gée a pu atter­rir chez un édi­teur qui a du mal à publier un sein nu, voi­là un mys­tère qui m’occupe encore l’esprit cer­taines nuits d’insomnie. Avec “Est-ce qu’on va reprendre la route, est-ce que nous sommes proches de la nuit” Caravane, Milhiet s’est un peu cal­mé. Fini les démons en string vio­let qui vomissent des cra­pauds (il va encore râler que je raconte n’importe quoi, mais c’est pour vendre Olivier, pour vendre !), nous voi­là dans le sillage d’une petite fille recueillie par des gens vrai­ment bizarres (ouhou­hou, vous avez vu le gag ? Non ?): Mila et son papa vivent dans une com­mu­nau­té minière genre wes­tern post apo­ca­lyp­tique lorsque passe la Caravane du Cirque des Mutants, ame­nant tra­di­tion­nel­le­ment amu­se­ments, putes, bric à brac et vol de pou­lets. Si le papa de Mila fait copain copain avec tout ce petit monde bizar­roïde, les fachos du coin vou­draient bien leur faire la peau. Après quelques coups de feu, cette pauvre Mila se retrouve orphe­line et recueillie par les zar­bis où elle tente de se faire accep­ter. Mais une mys­té­rieuse main envoie de mys­té­rieux mes­sages à un mys­té­rieux cor­res­pon­dant et je n’en dirai pas plus parce que de toute manière l’album est déjà ter­mi­né et que je n’en sais pas plus.
Plus construit que Spoogue, peu­plé de per­son­nages intri­gants et rigo­los, l’album se révèle très agréable à lire avec ses cou­leurs tel­le­ment soi­gnées et qui expliquent le temps pas­sé par Milhiet mais bon, il va fal­loir qu’il aille plus vite pour le sui­vant, qu’on sache pour­quoi les hommes poulpes aiment se tran­cher la gorge… On est plus dans un album d’exposition qu’autre chose. Je vais ter­mi­ner avec mes habi­tuelles jéré­miades mais fran­che­ment, le meurtre en bande de sang froid, même d’un facho débile, ça me laisse per­plexe. Il manque un point de vue là-dessus… Allez, tous en cœur : “Je suis né dans cette cara­vane Et nous par­tons allez viens Allez viens Tu lu tu, tu lu tu… Allez viens Tu lu tu, tu lu tu…”

les enfants, de nos jours…

Le site (encore une fois) pour ceussent qui ne savent pas uti­li­ser une boîte de recherche (mais non, Vasco, tu n’es pas visé) http://​mil​hiet​.blog​spot​.com/

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

7 commentaires

  • Bon, va pour fan­tas­tique au lieu de fan­ta­sy, grande teigne.
    Je vois avec effroi que tu maî­trises tout à fait les paroles de ce chan­teur à la voix aga­çante, je te soup­çonne de faire karao­ké le same­di soir en famille, sache mon ami que cette infor­ma­tion hon­teuse sera déli­vrée au plus grand nombre (un melo­mane comme toi… j’en perd mon cale­çon!)

  • Ça a l’air bien tout de même !
    Mais pour faire aus­si dans les jéré­miades, si tu le per­mets : tu as encore oublié le lien vers le blog, ce serait utile tout de même !
    Et concer­nant le truc appe­lé “dans la même famille” en bas, j’ai du mal à sai­sir l’intérêt puisqu’il ne ren­voie pas vers les billets sur le même sujet.
    Et pour finir, je me serais pas­sé de ton allu­sion au méli-mélo d’oslav qui m’a entraî­née sur la pente fatale de la tri­viale pour­suite… m’en manquent trois, ron­dud­ju !

  • Ça y est, c’est fini de pleur­ni­cher Vasco ? Voilà, mouche toi bien (quel sale gamin tout de même).

    dans la même famille” affiche aléa­toi­re­ment des billets avec les mêmes tags que ceux du billet lu (ici SF et BD). Il y a donc à boire et à man­ger mais ce n’est pas non plus com­plè­te­ment n’importe quoi. C’est juste pour faire décou­vrir d’autres billets du blog.

    Quant au concours d’Oslav, il en est le seul res­pon­sable :-). Je sais, c’est une drogue dure…

  • RoooOh, la jolie boîte de recherche ! dans toute ta bou­tique j’l’avais même pas remar­quée !
    C’est vrai que pour la trou­ver, fau­drait un moteur de recherche annexe “exprès étu­dié pour la recherche des boîtes de recherche per­dues dans la jungle de la page” !
    Et pis je vois que mes jéré­miades t’ont fait chan­ger l’intitulé de ta rubrique du bas.
    Maintenant c’est “un loin­tain rap­port” qui uni tes familles. Très drôle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *