L’arpenteur – Arzak vol.1 (Moebius – Glénat)

arzak-arpenteur-01-couv

Aussi sur­pre­nant que cela puisse paraître, je ne suis pas sûr que ce nou­vel album de Moebius soit un vrai évè­ne­ment BD. Il l’est sûre­ment en tant que nou­velle oeuvre d’une des figures majeures du 9° Art chez un édi­teur impor­tant mais est-ce que le lec­teur lamb­da qui se far­cit du Blacksad, Largo Winch, Soleil ou du man­ga basique va se sen­tir concer­né ?

ça c'est de la case

Ces der­nières années, Moebius a ten­té de déve­lop­per des “fran­chises” autour des dif­fé­rents uni­vers qu’il a créés. Le Garage Hermétique a vu un par­te­na­riat avec Sony qui a tour­né court et on peut voir une attrac­tion sur le thème au Futuroscope de Poitiers. Arzak est l’album qui l’a ren­du inter­na­tio­na­le­ment célèbre: ce recueil d’histoires courtes muettes en cou­leurs directes, éton­nantes et sur­réa­listes, mon­trait un guer­rier che­vau­chant un oiseau blanc dans un uni­vers SF/fantasy très violent. Très Métal diraient cer­tains. L’impact artis­tique est énorme et aus­si bien aux États Unis qu’au Japon, de jeunes des­si­na­teurs tentent de faire du Moebius. Arzak conti­nuait à vivre à tra­vers illus­tra­tions, affiches/couvertures et a même eu droit à une courte série poé­tique d’animation en flash (le DVD est tou­jours dis­po­nible … à moins d’un euro) qui res­pec­tait mer­veilleu­se­ment l’univers Moebiusien. C’est le per­son­nage de la série qui est repris ici. Fini le guer­rier stoïque et impi­toyable des his­toires courtes, voi­là un voya­geur bavard et zen mon­té sur un oiseau blanc “méca­nique” (dans l’animation, l’oiseau ne bat­tait pas des ailes et pla­nait comme un pla­neur). Parcourant un monde déso­lé et dan­ge­reux, il est confron­té à … à… Ben l’histoire com­mence à peine et est pré­vue sur trois tomes.

sur un arbre perché

une autre porte

Il y a un an, Moebius Prod. sor­tait un petit album en niveau de gris, textes à part, pré­sen­té comme un tirage à part de l’album à venir. Les fans ont fait la gri­mace. Quel inté­rêt à ache­ter un album pas­sé au filtre Photoshop ? Mais l’album s’est fait attendre et c’est avec sou­la­ge­ment que le fan apprit que Glénat copu­blie­rait le résul­tat final.… dans un for­mat + grand. Ça a quand même de l’impact sur la nar­ra­tion…
Comme dans ses pré­cé­dents Blueberry, Moebius avance len­te­ment dans l’histoire, mul­ti­pliant les per­son­nages, jouant sur de grandes cases et les pauses. Ce n’est pas nou­veau, il a tou­jours tra­vaillé comme ça mais alors que le Garage Hermétique créait la sur­prise à chaque page, on reste ici dans un uni­vers fixe et rela­ti­ve­ment bali­sé. Par contre, on peut consi­dé­rer que l’on entre dans une nou­velle période moe­biu­sienne. L’histoire se veut rela­ti­ve­ment clas­sique dans un uni­vers qui mélange avec plai­sir wes­tern, SF et fan­ta­sy où on peut s’amuser à recon­naître les Natives, le shé­riff et le cow boy soli­taire. Le des­sin est vrai­ment chouette: le trait épais (pour cause d’agrandissement des planches notam­ment) est proche de la cari­ca­ture et fonc­tionne impec­ca­ble­ment. Moebius semble même faire un retour en arrière sur ses concepts non vio­lents et on retrouve avec plai­sir des coups de feu et des méchants pati­bu­laires. Les cita­tions à sa propre oeuvre ne manquent pas dont le plus goû­teux est pro­ba­ble­ment la trans­for­ma­tion de Dame Charmayne suite à la non absorp­tion de pilule qui rap­pelle for­te­ment Escale sur Pharagonescia. Quelques (minus­cules) regrets ? Un Arzak qui souffre du syn­drôme Tintin. Si le hié­ra­tisme fonc­tion­nait bien dans les belles images, là, on a eu peu envie de lui deman­der d’enlever le balai mal pla­cé. Et ça cause beau­coup pour du Arzak :-)

maison close

L’album de 64 pages com­porte en sus en sup­plé­ment avec des illustrations/peintures réa­li­sées autour du concept. C’est peut-être la par­tie la plus faible du recueil, Moebius pon­dant une flop­pée d’images des­ti­nées à être ven­dues très cher. Le fan se conten­te­ra de l’album dont il ché­ri­ra les cou­leurs et rêve­ra de faire le coup de poing contre les Wergs ou de cares­ser les seins d’Egland Trizz.

mise à jour: Julien nous offre ce lien qui va vous per­mettre d’admirer Franquin et Giraud et d’autres en pleine année 1976 http://archives.tsr.ch/player/bd-bandederib

– Avertissem$&!!: ce pro­duit contient du let­trage semi-informatisé.

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, ,

67 commentaires

  • Blueb a défi­ni­ti­ve­ment déteint sur le monde d’Arzach..?J’ai pris ces pages nou­velles comme telles;elles me plaisent,mais c’est autre chose et res­semble à une tentative(et pour­quoi pas)de populariser,de ras­sem­bler autour de ces récits.Un peu comme le CORTO cou­leurs et “maquette-bien-gros-c’est-bon-lecteur-t’as-vu”.
    Une curio­si­té sur Moebius dans ce tré­sor de la TSR et ses archives trés précieuses:Méconnaissable dans cette “bande à derib”(le nom à taper),ovni docu­men­taire où le burlesque(ou ten­ta­tive de…Plutot)se mele à des sujets et des audaces qui sur­prennent dans un 50 minutes qui semble impen­sable aujourd’hui à la télé­vi­sion.http://archives.tsr.ch/home

  • Arzach” que j’écris,ho…
    (Pour le syn­drome Tintin,c’est fort bien vu.Mais les réflexions,les sou­haits de Moebius laissent à pen­ser le meilleur quant à la suite,non?)

  • Oui, mal­gré ces mini réti­cences, c’est du vrai plai­sir pour les ama­teurs. Je rajoute le lien de la vidéo dans le billet pour les fans.

  • Je pour­rai éven­tuel­le­ment créer une page de liens pour que les visi­teurs rajoutent ce qu’ils ont trou­vé sur le Web. Sinon, je ne vois pas trop de quoi je pour­rai par­ler dans un tel billet…

  • J’étais assez sur­pris aus­si quand j’ai ache­té la pre­mière ver­sion noir et blanc. Je trou­vais assez amu­sant le prin­cipe d’avoir les textes à côté (ça per­met de retrou­ver une lec­ture muette comme dans Arzhhhakk ou tout sim­ple­ment comme quand on est petit), par contre j’ai moins adhé­ré au niveau de gris, sur­tout une fois que j’ai eu enten­du par­ler des ver­sions cou­leurs affi­chés en expo ! J’ai com­pris après la démarche et main­te­nant, j’attends juste ma com­mande pour avoir la ver­sion cou­leur. En tout cas j’avais car­ré­ment adhé­ré au scé­na­rio. Ce côté mélange western/sf m’a aus­si rap­pe­lé le garage her­mé­tique sur ce tout petit pas­sage où le fidèle bras droit se retrouve pro­je­té dans un monde wes­tern étrange (et où il ne reste pas très long­temps).

    La vidéo est excel­lente !

    En somme il n’y a que vous Giraud qui vous inter­es­sez à la Science-fiction ?
    – Oh je m’y suis inté­res­sé pen­dant 20 ans mais main­te­nant je trouve ça un peu débile aus­si.

    hihi­hi, on assume pas. ;)

  • Cela rap­pelle l’anecdote d’un Franquin,un peu tete baissée,face au “père” Jijé devant quelques des­sins scatologiques…Il y a un vrai coté gamin qui sont un peu genés d’avoir “fait ça” et osent peu contre­dire un homme qu’ils aimaient,malgré tout.

  • C’est vrai que Moebius a beau­coup dit qu’il ne fai­sait pas de la SF pour ne pas être cata­lo­gué. Mais c’est fina­le­ment elle qui l’a rat­tra­pée. Et en 74, Métal n’était pas encore lan­cé ou je me trompe ?

  • Décembre 74 métal hur­lant jus­te­ment. (dixit wiki­pe­dia, j’étais pas là pour le voir)

    Mais la vidéo date de 76. Ils parlent d’Arzhack à la fin.

  • @ lian : oui après reflexion ( rue st denis :) je me suis dit que faire un billet sur une video gache­rait tout le plai­sir de la decou­verte …En tous cas , superbe pépite !

    J’irais feuille­ter ce nou­veau Arzach …Mais j’attend sur­tout l’expo Moebius qui arr­vive pro­chai­ne­ment à la Fondation Cartier : j’espère qu’elle sera aus­si riche que celle d’Angoulème en 2000 et quelques …:)

  • @kris : cette case sort de l’ordinaire puisqu’elle fait les 2/3 d’une planche :-) Mais l’ensemble est de très bonne tenue gra­phique.
    @oli­vier : je crains un peu que ce soit basé sur son tra­vail récent.

  • C’est un peu comme du Achille Talon muet ? À remar­quer que dans la ver­son “noir et blanc”, les bulles étant pla­cées à l’extérieur de la planche, on peut presque faire comme si c’était du muet :-)

  • Je viens de le feuille­ter en librai­rie ,
    j’aime ce for­mat , on s’en prend plein la gueule , ça en jete !

    Effectivement les cou­leurs on l’air d’avoir été faites par lui .

    • @vincent giard : Surtout que Arzak a été une réfé­rence pour Miyazaki (le début y fait furieu­se­ment pen­ser). Merci pour ce pre­mier com­men­taire. Et inté­res­sant blog (que l’on ne peut pas com­men­ter ?).

  • Je me sou­viens avoir été sur­tout cap­ti­vé par le des­sin, les cadrages notam­ment.

    Entre Miazaki et Moebius c’est une grande his­toire. :)

  • Lu et approu­vé ce WE :-)

    Moi j’aime bien le recueil de la fin , ça me rap­pel l’expo que nous avons vu et aus­si l’époque des Arts book moeb ( MAde in.., fusion etc )…Ce receuil en appel un autre ( j’espère ;)

    Avec cet album je retombe dans Moeb avec bon­heur ( grandes cases et belles cou­leurs / récit mar­rant et sur­pre­nant )

    Mis a part la main et le bras sur l’illustration de la couv qui sont pas à mon goût , tout est bon dans c’cochon là :-)

  • @ glorb
    Le 2 était une décep­tion à la pre­mière lec­ture en ce sens qu’il lui man­quait les atmo­sphères fortes des lieux du T1, cette ambiance “polar”. Le 3 une décep­tion à la pre­mière lec­ture, sur­tout que cer­taines cou­leurs étaient vrai­ment criardes !

    Je viens de lire black­sad T4, et je trouve qu’il se situe au niveau du 3, en ce qui concerne de fonc­tion­ner ou pas*.

    Mis à part un suc­cu­lent per­son­nage d’hippopotame détec­tive véreux, et le cha­ris­ma­tique com­parse week­ly qui fini­ra par voler à black­sad sinon la vedette, du moins le capi­tal sym­pa­thie du public.
    D’un autre côté, ce T4 de black­sad est une grande leçon de gra­phiste et de colo­riste (l’auteur sem­blant en par­tie s’être per­du­dans ses cou­leurs sur le T3, voir “his­toire des aqua­relles” Hors série).

    *Bon, il fau­dra que je le relise je n’étais pas déten­du pour le faire.

  • @ oli­vier
    Ton avis sur cet Arzach risque de me faire regret­ter d’avoir déjà dépas­sé mon bud­get bd avec Blacksad.…

    @ Li-an

    Ton aver­tis­se­ment “ce pro­duit contient du let­trage semi-informatisé” devient dans ce cas rigo­lo, étant don­né que Moebius a TOUT des­si­né (a part les bulles) et peint avec son oeil et sa main via les outils infor­ma­tiques cin­tinq 21 de Wacom et Photoshop de Adobe.

    Source : Moebius dans une inter­view de DBD, le numé­ro, il me fau­dra le cher­cher à la biblio­thèque.

  • @ oli­vier
    Ton avis sur cet Arzach risque de me faire regret­ter d’avoir déjà dépas­sé mon bud­get bd avec Blacksad.…

    @ Li-an

    Ton aver­tis­se­ment “ce pro­duit contient du let­trage semi-informatisé” devient dans ce cas rigo­lo, étant don­né que Moebius a TOUT des­si­né (a part les bulles) et peint avec son oeil et sa main via les outils infor­ma­tiques cin­tinq 21 de Wacom et Photoshop de Adobe.

    Source : Moebius dans une inter­view de DBD, le numé­ro, il me fau­dra le cher­cher à la biblio­thèque.

  • @ kris : ta des­crip­tion de la saga Blacksad cor­res­pond assez à ma vision de la chose. :) Par contre week­ly me sor­tait un peu par les narines déjà dans le 3. Le côté side­kick mar­rant pour com­pen­ser Blacksad le héros sombre me parais­sait déjà un peu raté. Je pense que ça allé­geait une ambiance qui méri­tait d’être vrai­ment noire.

  • @kris : Arzach res­te­ra en librai­rie pen­dant long­temps encore ( Glenat est de la par­tie cette fois ci ), donc tu auras bien 18 euros qui traine un de ces 4 dans tes poches :-)
    En tous cas , ton avis m’a don­né envie ( mais je l’avais deja un peu ) de me pro­cu­rer ce tome 4. Personnellement , je suis éba­hit par le tra­vail de Guarnido et je trouve que le binome fonc­tionne.
    Il me tarde de voir des ori­gi­naux en vrai un de ces 4 !

    @Li an : Non la pein­ture ( pré­sente à l’expo ) , tout a la fin ( avec la liste de tous les albums ). Une pein­ture que je trouve assez lourde. ( mais bon encore une fois , sachant l’age qu’il a et le pas­sé artis­tique que l’on sait , cette avis n’est qu’un grain de semoule dans l’océan )

  • Bonjour Li-An (je sais, j’avais encore disparu)et bon­jour à tous.
    Plus qu’un croi­se­ment entre Western et SF, je vois sur­tout “Arzak l’Arpenteur” comme un wes­tern trans­po­sé. Et pas n’importe quel Western du reste car si les “Wergs” sont les indiens et les “Humains” les cow-boys, “Arzak”, de toute évi­dence, est Mike “Nez-cassé” Blueberry (lien entre les deux mondes).
    La nar­ra­tion alter­née est effi­cace et clas­sique.
    Mais comme tou­jours, c’est le des­sin qui est pro­di­gieux (les cou­leurs, en effet, sont mani­fes­te­ment de Moebius lui-même).
    “ça c’est de la case” est une case incroyable qu’on pour­rait lon­gue­ment ana­ly­ser. Moebius est peut-être le plus grand des­si­na­teur de l’histoire de l’humanité (oui…). Peu importent le récit, l’humour ou la nar­ra­tion, Moebius, avant tout, nous trans­porte phy­si­que­ment dans des uni­vers tan­gibles. Son des­sin pense plus encore que lui-même et que tous ses scé­na­rios.
    Relire Arzak ou le Garage Hermétique relève de la made­leine de Proust. Une expé­rience utile tout autant que jouis­sive. Mais lire “Le Chasseur Déprime” ou Arzak l’Arpenteur”, à savoir retrou­ver dans de nou­velles aven­tures – qui sous nos yeux se déroulent et se découvrent – des per­son­nages mythiques demeu­rés plus de 30 ans en hiber­na­tion est un plai­sir unique, inédit et indi­cible qui relève presque de l’expérience méta­phy­sique et ce même si les his­toires ne sont pas fon­da­men­ta­le­ment nova­trices.
    Merci Moebius.
    PS: “Inside Moebius”, à mon sens, reste tou­te­fois son oeuvre la plus avant-gardiste du point de vue nar­ra­tif.
    Black Dolphin.

  • @kris : ben c’est pas parce que l’on des­sine tout à la main que le let­trage n’est pas infor­ma­ti­sé. C’est bien le cas ici (tous les o sont iden­tiques par exemple). J’ai mis semi infor­ma­ti­sé puisque c’est le let­trage ori­gi­nal de Moebius qui a été uti­li­sé.

    @oli­vier : moi, c’est le des­sin noir et blanc qui fait pen­ser à du Arno malade qui m’a le plus per­tur­bé.

    @Black Dolphin : ah, les dau­phins, ils par­courent le monde, ils vont, ils viennent. Tu seras tou­jours accueilli ici avac plai­sir ami Black Flipper. Je ne dirai pas que ce soit Mike B. repré­sen­té ici. Il est beau­coup plus violent et radi­cal que notre ancien sudiste.

  • @Li-An: Tu as rai­son, l’Arpenteur est bien plus radi­cal, c’est seule­ment sym­bo­li­que­ment qu’il est selon moi Blueberry. Dans “Nez-Cassé, Mike _ devient_ un indien et se retrouve entre les deux mondes, comme Arzak et fina­le­ment, comme lui, on peut dire qu’il se met à tra­quer les ano­ma­lies…

    Je venais de ter­mi­ner l’album hier soir lorsque je me suis connec­té à ton blog, consta­tant que tu avais mis en exergue la même case qui m’avait le plus frap­pé.
    Je suis d’accord sur l’illustration N&B, elle est très clas­sique. Mais du Arno malade, te voi­là plus radi­cal encore que l’Arpenteur :)!

  • Oui il est vrai que le des­sin avec les gosses n’est pas non plus un must :)

    Euh , si je puis me per­mettre , le croisement/ le mixe /la trans­po­si­tion entre wes­tern et SF a tou­jours été dans l’oeuvre de Moebius.
    C’est pas nou­veau nou­veau non plus ;)

  • @Li-An: J’ai bien obser­vé, je le concède. Ces sou­rires enfan­tins figés, le 3/4 face en contre plon­gée, les yeux de la petite fille… Du Arno à qui il man­que­rait quelques heures de som­meil. Ceci dit, même mineur, ce des­sin demeure du Moebius: le grand aplat de blanc for­mé par la cape et qui contraste avec le niveau de gris géné­ral ain­si que la tex­ture de la peau de l’animal, là, même sous aspi­rine, Arno ne peut riva­li­ser.
    L’illustration qui m’impressione, quant à moi, est celle où Arzak boit un verre, seul dans un bar. Les espaces inté­rieur ET exté­rieur sont d’un pré­sence redou­table. Mais tu as rai­son, le meilleur est dans l’album. La planche de la page 18(où l’oiseau heurte et casse la canine géante d’un sque­lette ani­mal) est de toute beau­té.

    @Olivier: Oui, c’est exact. Mais j’y voyais ici, avec la défi­ni­tion dra­ma­tique de l’Arpenteur, une trans­po­si­tion pré­cise de “Nez-Cassé”.

  • @oli­vier : oui mais de manière bien plus déca­lée. C’était de la SF avec des clins d’oeil wes­tern. Là, c’est du mix.

    @Black Dolphin : pour les curieux, on trouve sur le site de la gale­rie … ah zut j’ai oublié le nom, bref une gale­rie pari­sienne qui expose et vend du Moebius en ce moment, des planches redes­si­nées par le Maître. Le com­pa­ra­tif est sur­pre­nant. Je tâche­rai de faire un billet rapide là-dessus.

  • Euh, non, ils sont morts depuis bien long­temps (quand je parle des Humanos en géné­ral je pense à l’époque Dionnet etc…). Et c’est bien Slomka que je cher­chais.
    De toute manière, j’ai du mal à croire que le Arzak va se vendre des brouettes.

  • C’est vrai qu’les Humanos ça n’en a plus que le nom !!!
    Certes, le monde de l’édition évo­lue et j’ me méfie de ma ten­dance (la qua­ran­taine !) à la nos­tal­gie (qui ne nous incline pas à l’impartialité) mais fran­che­ment leur cata­logue, en fait leur “ligne édi­to­riale” -si tant est qu’ils en aient une, à part celle de col­ler au plus près des goûts du public, fussent ils creux, fut il indi­gent, n’a plus aucun rap­port avec les ful­gu­rances du pre­mier âge. Mais n’est-ce pas l’époque qui a chan­gé et avec elle l’audace et l’exigence de la pro­duc­tion artis­tique ? Et de sa marge. Actuellement le mains­tream se la joue “rebelle” alors qu’il n’est que poses conve­nues.
    Le seul truc inté­res­sant chez les Humanos c’est l’excellent blog du père Dionnet, puits de culture, d’intelligence et de liber­té, tein­té d’une cer­taine sagesse, ce qui nous ramène à l’oeuvre du temps…

  • Je ne pense pas que ce soit de la nos­tal­gie que de com­pa­rer les Humanos avec ce qu’ils furent.
    Le goût du grand public a évo­lué avec l’offre. Plus l’offre est éten­due, plus il est dif­fi­cile d’imposer une per­son­na­li­té sauf coup de chance. La “sur­pro­duc­tion” incite à la paresse cultu­relle semble-t-il. L’Association a prou­vé que la volon­té de faire une BD ambi­tieuse existe tou­jours, après c’est aus­si une ques­tion de géné­ra­tion, de per­son­na­li­tés. On ne peut pas avoir deux Moebius et trois Chaland tous les cinq ans. D’un autre côté on peut très bien dire la même chose du ciné­ma…

  • Plutôt amu­sant les varia­tions expo­sées (sur le site) de la gale­rie Slomka.
    Après l’édition noir et blanc, puis l’édition cou­leur, Moebius s’offre des varia­tions autour du même thème. :)

    Est-ce que je peux dire que cer­taines cou­leurs m’ont rap­pe­lé celles de Chaland dans L’Incal ? Mais de façon posi­tive.

    Bon et cette expo alors, vous y êtes allés ?

  • Bon, je suis en retard. J’ai lu cet album que j’ai fait ache­ter à la Bibliothèque Municipale.
    Graphiquement, j’ai retrou­vé avec plai­sir des évo­ca­tions comme autant de petites made­leine de proust, de L’Incal, d’ Arsach , de Giraud (Artefacts et deserts à l’arrière goût wes­tern mâti­né de s.f) et même des maîtres du temps (per­son­nage de l’enfant).
    Coté his­toire, je n’ai pas été gêné par la lon­gueur de texte. Quitte à faire une his­toire com­plète, autant qu’il y ait de la matière…
    J’ai été agréa­ble­ment et posi­ti­ve­ment sur­pris par cet album, Moebius/Giraud m’ayant sou­vent déçu dans ses créa­tions de scé­na­riste de Mister Blueberry en pas­sant par le monde d’Edena.
    La fin de cet album m’à don­né envie d’une chose cer­tai­neet posi­tive, c’est de lire la suite !

  • Ah ça pour faire des expos et des démons­tra­tions de tablettes gra­phiques ! Mais pour ce qui est des bds, hein ! (à part ces déli­cieux petits car­nets ven­dus à des prix pro­hi­bi­tifs)

  • Effectivement, j’ai moi aus­si envie de lire la suite. On a plai­sir à retrou­ver le per­son­nage et c’est plu­tôt bien mené. Le des­sin est redou­table d’efficacité, de maî­trise. La cou­leur quand à elle est, au vu de la pro­duc­tion actuelle, pas si mau­vaise…

  • @Chazamme : Loin de moi l’idée de cri­ti­quer le maître ! :)
    C’était plu­tôt pour rire un peu. J’avoue je suis bien triste d’habiter en Angleterre, et d’avoir du coup raté l’expo à Paris et de rater en ce moment l’expo à Cherbourg.

    Je trouve que Jean Giraud est quelqu’un de com­plè­te­ment équi­li­bré. Il est à la fois cet auteur gigan­tesque recon­nu par ses pairs et dans le monde entier et en même temps le petit édi­teur indé­pen­dant qui a les yeux qui s’allument quand il parle des tirages de XIII (vu dans une inter­view vidéo y a quelques années). Je trouve ça génial et je pense que ce retour sur le devant de la scène est on ne peut plus méri­té.

    Par contre s’il se met en retraite main­te­nant c’est pas chic. On sait com­ment ça se passe après. Ses ayants-droits vont refi­ler Arzhak à n’importe qui. ;)

  • Ah, c’est sûr, je sens qu’on n’a pas fini de râler quand il ne sera plus là. Déjà qu’on râle pas mal ces der­nières années :-)
    Je suis pro­ba­ble­ment de la géné­ra­tion Strange mais les hommes en col­lants ne m’ont jamais beau­coup atti­rés.

  • @ Glorb : Ses rap­ports avec le pou­voir et l’argent me semblent équi­li­brés. Je ne pense pas qu’il aie jusqu’à récem­ment abu­sé de l’auto-célébration ou cédé à la faci­li­té. Je trouve même inté­res­sant cet essai de théo­ri­sa­tion (ça existe ?)d’une démarche intui­tive, empi­rique et sen­si­tive (extra(sensorielle ?). Je trouve qu’il a plu­tôt moins que d’autres eu cette période de baisse gra­phique (jusqu’à la mal­dresse quel­que­fois) qui affecte jusqu’aux plus grands. Il s’est peu com­pro­mis dans des pro­duc­tions faciles et a même jusqu’à récem­ment encore expé­ri­men­té, tou­jours gour­mand, à l’affut, cher­cheur dans l’azur. Peut être un peu fati­gué désor­mais mais n’est ce pas un peu nor­mal quand même ?…

  • Au fait mes­sieurs, avez-vous lu Génération Strange de JM Lainé et S Carletti chez Flammarion, ça fait chaud au coeur…

  • Ah mince suite au ennuis de san­té , ça serait en plus râpé pour la suite des­sin­née d’ Arzak par Moebius ?
    des infos à ce sujet ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *