La vie et moi – Pico Bogue t.1 (Dominique Roques & Alexis Dormal – Dargaud)

couv

Les multiples commentaires sur cet album reprenaient en choeur « Mafalda » et on ne peut pas dire qu’ils soient passés loin. Voilà donc Pico Bogue, gamin déluré qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui contemple le monde avec pertinence (et impertinence). On retrouve un peu le Calvin & Hobbes philosophique sur sa luge juste avant le crash mais Watterson jouait le second degré à fond et surtout Calvin n’était pas seulement un grand penseur de six ans mais aussi un petit monstre de 6 ans. De la même manière, entre deux prouts, Titeuf donne quelques leçons de morale aux adultes (quoique souvent un peu à côté de la plaque). L’enfant « sage » est donc un thème porteur en BD depuis les Peanuts mais c’est vrai que Mafalda allait au bout des choses en pensant littéralement le monde et en questionnant le lecteur. Dominique Roques et Alexis Dormal n’innovent donc pas particulièrement mais les gags sont frais et souvent drôles, le dessin est très agréable, en couleurs directes de grande tenue. Pour tout dire, après Titeuf et le désespérant Petit Spirou, je ne m’attendais pas à voir une BD grand public avec un enfant comme personnage principal qui ait de la profondeur. Chapeau bas aux auteurs pour remonter ainsi le courant avec une telle vigueur.

souris de laboratoire

mise à jour du 30/11/09: le troisième tome sort déjà et je suis obligé de pousser un soupir. Malgré les petits cris d’enthousiasme de mon fiston, le tome 2 m’a laissé perplexe. J’ai juste eu l’impression de remonter le temps et de relire le tome 1. C’est aussi bien mais en même. À vous de voir…

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, ,

44 commentaires

  • Pas mal, mais j’ai toujours un peu de peine à lire ce genre de BD en album (je ne parle pas bien sûr de Mafalda ou des Peanuts qui sont hors concours).

    Le support idéal, c’est le journal (ou le site Web) qui permet de découvrir les images semaine après semaine (ou jour après jour).
    C’est d’ailleurs comme cela que je me suis mis à apprécier Titeuf qui est prépublié dans l’Illustré.

  • ça a l’air joli. De loin ça me rappelle très vaguement le très sympathique Jojo de Geerts.

    @Raymond : le strip manque de supports, malheureusement, les journaux n’en font plus (sauf programmes télé ?). D’ailleurs en France ça a toujours pas mal manqué, malgré « 13 rue de l’espoir » et quelques séries Dupuis. Le web peut relancer l’affaire ceci dit. Les grands « syndicates » américains l’utilisent beaucoup et il y a pas mal de séries de strips qui sont plus ou moins nés sur le web, ça ne date pas d’hier d’ailleurs (Boondocks, Dilbert,…).

  • Je trouvais ça prometteur mais j’ai un peu de mal avec le dessin, ce crayonné en vrac, pas très tenu, les bulles de traviole et les lettrages à la va comme je te pousse…

  • @Hobopok : je suis plutôt pointilleux sur le lettrage (argh, le lettrage informatique…) mais ça ne m’a pas gêné. Mais ma tite femme a tiqué elle aussi sur le dessin « pas propre ».

    @Raymond : ce n’est pas vraiment du strip. Il y a tous les formats. On voit encore du strip dans les magazines pour « enfants » (Mickey, Spirou, Okapi etc…).

  • J’avais compris que ce n’était pas un strip. J’ai déjà vu l’album en librairie, je l’ai ouvert … et je l’ai reposé. Trop de concurrence !

    C’est dans le fond le genre de BD qui devrait être publiée dans le journal Spirou. Et puis, cela ferait du bien au journal de dépasser les éternels gags de Cauvin.

  • (oups, non seulement l’image ne s’affiche pas mais le commentaire auquel je fais référence, et qui ne contient pas d’image, mais qui contient un lien, est en modération. rien pour aider la compréhension générale! désolé!)

  • En strips, « 13 rue de l’espoir », « Mandrake », « Alix », « Les naufragés du temps », « Juliette de mon coeur » etc… Merci papa d’avoir lu le journal quand j’étais gamin. Comme beaucoup d’autres je crois ça m’a fait connaître la BD. C’est tout ce que je devais lire dans les journaux à l’époque :-) (Qui a reconnu le journal que lisait mon pater?)

  • @david t : ben c’est bien obscur puisque je n’ai pas de commentaire en attente de modération :-). Et on ne peut pas afficher d’images dans un commentaire…

  • @Li-An : bizarre, j’ai bien envoyé pourtant…

    enfin, rien de plus nul que de répéter un truc mais je disais juste que j’aime bien le dessin de pico bogue mais que le peu que j’en ai lu me passe un peu au-dessus de la tête.

    là-dessus je recommendais un strip américain «familial» très bon avec un dessin insolent: cul de sac de richard thompson.

    son blogue: http://richardspooralmanac.blogspot.com/

    (pratique ce bouton-réponse)

  • Non, tu as bien raison, ton commentaire avait été marqué « indésirable » et je n’ai pas bien vérifié.
    En tous les cas, j’aime beaucoup le dessin de Richard Thomson. Ça a été publié ?

  • @Li-An : il est sur le point de publier son premier recueil en anglais. pour l’instant ça passe dans divers journaux et magazines américains. je suis tombé sur son travail par hasard.

  • @david t : Vu et approuvé. Ceci dit, franchement, il y a loin entre le dessin de Pico Bogue (je sais pas lequel des deux est le dessinateur, ça fera un peu marner Li-An), et ce Thompson qui a l’air assez au point dans son imitation de Steadman/Cagnat/Bauer.

  • @david t : excellent, je le mets sur ma liste de souhait – et ça va faire couiner mon fils d’être obligé de lire en anglais.

    @Hobopok : une BD ne se juge pas uniquement à son dessin, Hobopok ! (ouf ouf ouf)

  • @Hobopok : la ressemblance n’est pas dans le dessin mais dans le fait que les deux bandes dessinées appartiennent grosso modo au genre «strip familial». et puis c’était juste pour donner un coup de projecteur à un auteur peu connu dans le monde francophone (et pour cause).

  • Je ne suis pas très clients des strips en album ,mais là je n’ai pas décroché . Il est rare que la BD me fasse ne serais-ce que sourire et bien pico bogue y a parfaitement réussi .Quand au dessin que vous trouvez brouillon il est en parfait adéquation avec le propos mais peut-être faut-il avoir des ados à la maison pour gouter pleinement l’humour de cet album.

  • tiens, petit apparté pour en revenir à richard thompson, je viens de remarquer que son livre précédent est disponible. c’est une collection de son autre série, richard’s poor almanac, qu’il publie chaque semaine dans le washington post. je sais, c’est doublement hors-sujet mais bon, voilà, fallait pas m’inviter. comment? j’ai pas été invité d’abord? mais je… c’est…

  • Toujours du mal avec ces dialogues-brillants-peu crédibles dans la bouche de ces deux ptits bouts.Alors que dans PEANUTS(absence d’adultes?)ça passe tout seul.Mais ce dessin emballe(mais pourquoi diable le dessinateur se refuse toutes influences?)

  • Là aussi c’est assez différent. Le petit Nicolas parle et pense vraiment comme un gamin qui vit dans son monde. Pico Bogue parle des relations humaines en général par l’intermédiaire d’un gamin faussement candide. On peut plutôt rapprocher ça des réflexions philosophiques de Calvin sur sa luge juste avant de se scratcher.

  • Cela rappelle énormément « TOTORO »,non..?Et puis toute la patte de Gabrielle Vincent et son travail trait/couleurs…Je profite-honteusement-de cette référence au petit Nicolas pour souligner un trait qui m’a toujours frappé dans l’écriture de Goscinny(trés drole)pour cette série:Combien son style et cet art de mélanger le « je » de Nicolas avec candeur et le « pas dupe » des réalités est un décalque absolu de Camus et son Meursault.En particulier le passage où,condamné,le personnage las de « L’étranger » converse avec le pretre/confesseur.(Et puis si vous etes pas d’accord,ça fera toujours d’heureuses relectures)

  • Pour Totoro, il faudrait développer parce que c’est aussi obscur qu’un rapprochement entre le Petit Nicolas et … l’étranger de Camus ! Malheureusement, je n’ai pas le roman sous la main pour vérifier cette théorie provocatrice. Je vais essayer de relire le Petit Nicola en écoutant Killing an Arab des Cure

  • Trés bon choix musical. « MON VOISIN TOTORO »,je pense au graphisme avant tout,ce trait toujours en mouvement(C’est bien de Myiasaki?)sachant etre trés précis et garder le flou génial d’un crayonné.Mais ma petite théorie n’en est pas une,un rapprochement qui m’a troublé.Et puis Camus n’a fait qu’un livre dans cette veine,penchant vers le désespéré;ça ne marcherait pas avec « LA CHUTE »,par exemple qui est un chef d’oeuvre.Et puis René Goscinny n’a rien plagié,mais a repris une… »tournure »(?):Un point de vue,juste cela.(J’espère qu’i’ vont pas nous faire « l’étranger » avec Kad Merad et Line Renaud)

  • Oui, c’est Myiasaki. Je ne sais pas. Je ne trouve pas mais ce n’est pas non plus idiot. Je ne vais pas faire mon malin, je n’ai lu que l’Étranger de Camus :-)

  • C’est vrai qu’au jeu des comparaisons,on peut se perdre et j’veux pas avoir l’air pédant et plombant non plus…Et puis,moi aussi j’ai acheté cet album,achevé d’etre convaincu par ton billet.Le nouvel album:J’ai du mal à résister à l’aspect purement physique de ce dessin et s’il est-parait il,inévitablement-moins surprenant,le charme est bien là.(Tu peux lire « LA CHUTE »,déroutant puis…)

  • Sur les blogs, un commentaire pédant vaut 1000 commentaires passe-partout :-) C’est vrai que le dessin a une vivacité pas du tout à la mode et très stimulante.

  • Je me permets un rectificatif ENNUYEUX et PERSONNEL.Plus haut dans les commentaires je compare le dessin de A.Dormal à l’atmosphère visuelle de TOTORO(« Mon voisin Totoro »,1988,vu seulement hier).Je voulais parler de « Mes voisins les Yamada »(1999).Les lecteurs auront-ils rectifié d’eux-m^me..?Le lapsus me fut révéler hier.Et bravo à Dormal,tiens.

  • Ah d’accord, je comprends un peu mieux :-) J’espère que tu as apprécié Mon voisin Totoro qui est un dessin animé merveilleux.

  • Oui(Réponse tardive)oui,j’ai beaucoup aimé TOTORO.Une histoire simple,une épure qui manque un peu aujourd’hui,mais d’une telle richesse.Chaque recoin d’une scéne,d’un « tableau » est récupéré au profit d’une idée(les « noireaudes »entre autres)et ce Totoro est irrésistible.J’aime cette profondeur née de gratuité.On n’a qu’une envie:Partager son enthousiasme.Et en V.O.,c’est un éblouissement.Qu’est-ce qu’il reste de la collaboration(25 ans en arrière)Myazaki-Moebius..?

  • Il n’y a pas eu vraiment de collaboration. Ils ont travaillé ensemble sur un long métrage Little Nemo que Myiazaki a vite abandonné. Mais leurs rapports sont essentiellement basés sur l’admiration que portait le Japonais envers le travail de Moebius (le début de Nausicaa fait vraiment penser à Arzack).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *