La république du catch (Nicolas de Crécy – Casterman)

republique-catch-de-crecy-01-couv

Nico­las de Cré­cy a une place un peu à part dans le monde BD. Il est consi­dé­ré comme des meilleurs des­si­na­teurs BD depuis Foli­gat­to mais lui-même ne se dit pas très à l’aise avec le milieu. Il doit se consi­dé­rer plus comme un artiste des­si­na­teur qui fait de temps en temps des albums BD.

La répu­blique du catch est une com­mande japo­naise. C’est donc un man­ga. Mais que les fans se ras­surent, de Cré­cy fait du de Cré­cy, ici en mode un peu plus léger.
Mario est un ven­deur de pia­no, un tout petit bon­homme qui n’a qu’un ami, un pin­gouin muet et vir­tuose du pia­no. Il est amou­reux d’une cat­cheuse qui, comme tous les cat­cheurs, est au ser­vice de la mafia, mafia diri­gée par le propre neveu de Mario, un bébé très pré­coce nom­mé Enzo ( oui, vous pou­vez relire cette phrase si vous le dési­rez).

Gra­phi­que­ment, il n’y a aucune sur­prise, de Cré­cy des­sine une ville au look new yor­kais, de tout petit bon­hommes un peu pau­més et des étranges fan­tômes qui vont venir au secours de Mario contraint d’affronter son neveu. C’est vite des­si­né mais de Cré­cy sait faire ça très bien – mieux que la plu­part – et le plai­sir visuel est bien pré­sent.
L’histoire est simple et sur­pre­nante à la fois : deux armées s’affrontent et c’est de la nature des bel­li­gé­rants que vient l’inattendu et le poé­tique.
Je ne vais pas déve­lop­per sur les thé­ma­tiques que l’on retrouve – per­son­nages minus­cules en quête d’amitié et d’amour, faibles en appa­rence mais por­tés aus­si par une force qui les dépasse que l’on retrouve ici en symé­trique puisque le « méchant » est un bébé qui pense comme un adulte.

republique-catch-de-crecy

En fait, le vrai plai­sir de cet album, c’est qu’il est frais. Ces per­son­nages hors du com­mun, cette nar­ra­tion relâ­chée, cette sen­sa­tion de liber­té, on ne les retrouve plus que rare­ment dans la BD fran­çaise actuelle. J’ai tou­jours consi­dé­ré que la BD ser­vait à ouvrir des uni­vers et de Cré­cy nous prouve ici que c’est encore pos­sible, que les vrais créa­teurs ne sont pas tous par­tis ailleurs…

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

9 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *