La république du catch (Nicolas de Crécy – Casterman)

republique-catch-de-crecy-01-couv

Nicolas de Crécy a une place un peu à part dans le monde BD. Il est consi­dé­ré comme des meilleurs dessi­na­teurs BD depuis Foligat­to mais lui-même ne se dit pas très à l’aise avec le milieu. Il doit se consi­dé­rer plus comme un artiste dessi­na­teur qui fait de temps en temps des albums BD.

La république du catch est une commande japonaise. C’est donc un manga. Mais que les fans se rassurent, de Crécy fait du de Crécy, ici en mode un peu plus léger.
Mario est un vendeur de piano, un tout petit bonhomme qui n’a qu’un ami, un pingouin muet et virtuose du piano. Il est amoureux d’une catcheuse qui, comme tous les catcheurs, est au service de la mafia, mafia dirigée par le propre neveu de Mario, un bébé très précoce nommé Enzo ( oui, vous pouvez relire cette phrase si vous le désirez).

Graphi­que­ment, il n’y a aucune surprise, de Crécy dessine une ville au look new yorkais, de tout petit bonhommes un peu paumés et des étranges fantômes qui vont venir au secours de Mario contraint d’affronter son neveu. C’est vite dessi­né mais de Crécy sait faire ça très bien – mieux que la plupart – et le plaisir visuel est bien présent.
L’histoire est simple et surpre­nante à la fois : deux armées s’affrontent et c’est de la nature des belli­gé­rants que vient l’inattendu et le poétique.
Je ne vais pas dévelop­per sur les théma­tiques que l’on retrouve – person­nages minus­cules en quête d’amitié et d’amour, faibles en apparence mais portés aussi par une force qui les dépasse que l’on retrouve ici en symétrique puisque le ”méchant” est un bébé qui pense comme un adulte.

republique-catch-de-crecy

En fait, le vrai plaisir de cet album, c’est qu’il est frais. Ces person­nages hors du commun, cette narra­tion relâchée, cette sensa­tion de liber­té, on ne les retrouve plus que rarement dans la BD française actuelle. J’ai toujours consi­dé­ré que la BD servait à ouvrir des univers et de Crécy nous prouve ici que c’est encore possible, que les vrais créateurs ne sont pas tous partis ailleurs…

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

9 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *