Kamasultra (Jacovitti – Éditions i)

jacovitti-sumasultra-03
Les édi­tions i est une petite mai­son d’édition créée par Jean Annes­tay et qui publie ou repu­blie via le finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif des ouvrages qui sortent de l’ordinaire d’auteurs bien connus.

Annes­tay ayant pré­si­dé à la des­ti­née de Arte­fact, on ne s’étonnera pas qu’il ait choi­si de réédi­ter les illus­tra­tions et his­to­riettes éro­tiques de Jaco­vit­ti, un maître de l’humour non­sen­sique trans­al­pin. Il existe en effet un Kama Sutra signé Jaco­vit­ti chez Arte­fact mais j’ignore à quel point il fait dou­blon avec ce Kama­sul­tra.

Ceux qui ne connaissent pas le tra­vail de Jaco­vit­ti vont hal­lu­ci­ner. Le tra­vail de l’italien est très éloi­gné de ses com­pa­triotes Mana­ra ou Magnus. Chez Jaco­vit­ti, tout est pré­texte à des gags visuels : les seins et les bites sont mal­me­nés, se détachent, s’envolent et se collent à des endroits inat­ten­dus. Le lec­teur reste éba­hi, tourne les pages en se deman­dant ce qui va sur­gir et l’imagination de Jaco­vit­ti semble sans limite. À offrir à votre belle-mère.

jacovitti-sumasultra-couv
chute des corps
jacovitti-sumasultra-01
jar­din du prin­temps
jacovitti-sumasultra
sex sur­prise par­tie

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

9 commentaires

  • Enfin une bonne nou­velle : la réédi­tion de Jaco­vit­ti.
    L’homme qui met la sexua­li­té au ser­vice du Tra­gique et du Gro­tesque de l’existence.
    Les asexuels et les éro­to­manes en sevrage appré­cie­ront.

  • J’ai déjà eu suf­fi­sam­ment de mal à retrou­ver le mot « asexuel » (je me rap­pe­lais du concept mais j’avais per­du le nom) pour aller ima­gi­ner qu’ils puissent être en sevrage de leur a-sexua­li­té et écrire un billet cryp­to-cocasse là-des­sus. N’y compte pas. Je suis déjà Témoin de Gévéor et Ano­ny­mousse au Cho­co­lat. Par contre, si tu veux l’écrire, je peux te louer mon pseu­do.

  • Tu as rai­son. Cha­cun son style. Je ne déses­père pas de par­ve­nir à un niveau d’abstraction où même moi, j’aurai du mal à com­prendre où je veux en venir. En atten­dant, je me demande si Jaco­vit­ti ne décrit pas, avec 50 ans d’avance sur son temps, les com­por­te­ments com­pul­sifs des asexuels en sevrage puisque sevrage du sevrage = rechute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *