Louloutes et blousons de cuir

Au bonheur des fans (Jano – Les Requins Marteaux)

jano-bonheur-fans-couv

Préam­bule : l’album est en fait celui édité précé­dem­ment par Automne 67 et agrémen­té d’une jaquette papier.

J’aime beaucoup le travail de Jano. Enfin, je l’ai appré­cié un peu sur le tard, parce que ses histoires de loubards lourdingues me passaient complè­te­ment au dessus de la tête quand j’étais jeune dans les années 80. Je trouvais ça dessi­né un peu crado et il faut dire que mon parcours était complè­te­ment étran­ger à la zone banlieu­sarde décrite par Jano avec son person­nage Kebra. Avec le temps, j’ai appris à appré­cier sa science des dialogues, son inven­ti­vi­té et je vois même l’héritage franco-belge dans ses planches.

l’Art Moderne
l’Art Moderne

Les Requins Marteaux ont la bonne idée de réédi­ter le travail de Jano et après un ouvrage consa­cré à Gazoline, la louloute de l’espace (j’ignore d’ailleurs si il y a des ”bonus” dans cette réédi­tion par rapport à l’album que je connais­sais), voilà une compi­la­tion d’histoires courtes où on retrouve Gazoline, Kebra et une histoire d’un Nounours parti­cu­liè­re­ment non politi­que­ment correct. Finale­ment, cette bonne humeur punkesque qui se fout de tout, jette ses déchets dans la nature fait un pied de nez aussi bien au discours de droite que de la bonne pensée de gauche. Jano, de la BD pour les centristes.

marinière rouge sang
marinière rouge sang
la Nature le mérite bien
la Nature le mérite bien

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

5 commentaires

  • Ah ben mince, j’avais zappé un peu le Automne. En fait, c’est exacte­ment la même chose mais embal­lé dans une jaquette. Du coup, je vais complé­ter mon billet.
    Et c’est le Paris des années 80 ‑ et la BD itou. C’était mieux avant.

  • ”une histoire d’un Nounours parti­cu­liè­re­ment non politi­que­ment correct” -> pourtant parue dans Picsou Mag, via le supplé­ment Coin Coin de Schlin­go. L’irré­vé­rence prend parfois des chemins détour­nés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *