Historieta (collectif – Vertige graphique)

Comme je le disais si bien dans un fameux maga­zine d’actualité BD, ne pas aller à Angou­gou la gla­ciale, c’est ris­quer de lou­per des expos inté­res­santes. Visi­ble­ment, il y avait cette année une magni­fique consa­crée à la BD argen­tine et ce livre fait office de catalogue/​complément. L’Argentine est un pays riche en auteurs éton­nants (Munoz, Brec­cia ou Car­los Nine pour les plus connus) où Pratt a lon­gue­ment vécu. Joli­ment illus­tré, il sur­vole maga­zines, auteurs et influences et donne vrai­ment envie d’en savoir plus (l’article consa­cré à ”Fier­ro” fait sali­ver).

une page

une autre page
clic

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

17 commentaires

  • Un petit coup de pub au pas­sage pour la mai­son d’édition fran­co-argen­ti­no-chi­lio-boli­vienne ”Ex Abrup­to” qui édite la jolie revue d’Historietas ”Suda Mery K” .
    Comme son nom l’indique, ce maga­zine publie des auteurs lati­no-amé­ri­cains, mais il fait par ailleurs éga­le­ment connaitre aux anti­podes des auteurs euro­péens et pas seule­ment fran­co-belges ! (peut-être de quoi don­ner des idées à notre cyber-hôte !).

    On peut leur rendre visite ici :
    http://​www​.exa​brup​to​.com​.ar/

  • Un phé­no­mène m’interpelle, c’est l’ignorance abso­lue du public fran­çais pour l’Historieta nume­ro UNO en Argen­tine : ”El Eter­nau­ta” d’Oesterheld et Sola­no Lopez. Un véri­table mythe qui conti­nue à plein là-bas et dans tout le ”cône sud”, comme ils disent. Pour mémoire, le scé­na­riste Oes­te­rheld a ”dis­pa­ru” en 1977, année où Sola­no s’est exi­lé en Europe avec son fils. Mais qui sait, peut-être que la pré­si­dence de Muñoz aura dépous­sié­ré un peu nos mémoires. Quoi qu’il en soit, il faut rendre à Oes­te­rheld ce qui lui revient, à savoir d’avoir été le pre­mier, sans doute, à avoir créé une revue de BD moderne, avant le ”Pilote” de Gos­cin­ny qui s’en est d’ailleurs ins­pi­ré lors de son séjour là-bas. Pol.

  • Tout à fait le genre d’histoires qui ne rentrent pas dans les ”cases” de la BD fran­çaise contem­po­raine. Je serai quand même curieux de lire ça.

  • Hel­lo.

    Je vous pro­pose aus­si de vous inté­res­ser à ce bou­quin paru il y a peu en Ita­lie : ”Magi­ca Ame­ri­ca” (Ana­fi edi­tore), sur l’influence de L’argentine sur les des­si­na­teurs ita­liens.
    Plus d’info sur le site :

    Ciao !

  • Hel­lo.
    Oui, Oes­te­rheld, mais sur­tout pour moi : Mort cin­der, autre série superbe.

    Sinon, allez jeter un oeil sur ce bou­quin paru il y apeu en Ita­lie et trai­tant de l’influence de la BD argen­tine sur les des­si­na­teurs ita­liens :

  • Déso­lé, Hec­tor­va­dair, tes com­men­taires ont été man­gé par le méchant anti­spam. Mais les voi­là reve­nus à la lumière…
    Mais… en lisant le texte il sem­ble­rait plu­tôt par­ler de l’infuence ita­lienne sur la BD argen­tine ???

  • @Li-An : Oui, déso­lé. Mon ita­lien n’est pas encore com­plè­te­ment reve­nu ; et j’ai inver­sé les rôles. Effec­ti­ve­ment, ce sont les ita­liens qui ont appor­té à l’Arentine, et pas l’inverse !

  • Oh, le retour de Totoche ! C’était bien les vacances ?
    En effet, je pense que Pratt a été for­te­ment influen­cé par le tra­vail des Argen­tins qu’il a fré­quen­té et ça tom­bait bien, ils tra­vaillaient eux aus­si sur les aplats noirs.

  • …Et du coup, lui-même a influen­cé d’autres euro­péens à qui on recon­nait aujourd’hui des talents de gra­phistes noir et blanc. Je pense à Ber­net, par exemple.
    Mais des ita­liens comme Stel­lio (Kiwi, fils de la jungle, cir­ca 1964) semblent issus d’ateliers créés autour de Pratt (?) tel­le­ment leur des­sins de l’époque sont proches.
    Mais bon, Caniff, Pratt, Ray­mond… ber­net… tout le monde à une réfé­rence à un moment ou un autre, et bien qu’ayant un trait propre est influen­cé à un moment don­né.
    Tou­jours est-il que ce bou­quin (f. plus haut) doit être bien inté­res­sant pour creu­ser le sujet.

  • D’ailleurs, cet ”ate­lier” était celui créé autour de la série l’Asso di picche”. Ste­lio a aus­si bos­sé pour Fleet­way en GB, et qua­si­ment sui­vi son par­cours jusqu’en Ita­lie si j’ai bien tout sui­vi. (http://​lam​biek​.net/​a​r​t​i​s​t​s​/​f​/​f​e​n​z​o​_​s​t​e​l​i​o​.​htm)
    Plus d’explications sur Pimpf​.org :
    ”Tiki (Gian­car­lo Otta­ni & Ste­lio Fen­zo) N°36 à 79. Série ita­lienne créée par Hugo Pratt sous le nom de ”Kiwi”, mais qu’il aban­donne après avoir des­si­né 7 pages pour pas­ser le relais à Ste­lio Fen­zo. Paru­tion en Ita­lie de 1963 à 1967 (…) (ndlr : ah, et bien tout s’explique alors!)
    (from : http://​www​.pimpf​.org/​m​j​m​/​l​a​n​c​e​l​o​t​.​htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *