Fanzines not dead

Quelque fois, on trouve des fanzines dans les festivals. Des trucs imprimés en noir et blanc sur du papier machine et vendu par des jeunes gens plein d’énergie. Comme quand j’étais jeune. Ça fait un peu bizarre à l’air de Fessebouc et des blogs autobio mais le fanzine c’est encore le meilleur moyen d’aller se peler dans un coin perdu et de se faire des souvenirs en commun. Il est assez rare que j’en trouve à mon goût (entre les post manga et les chercheurs graphiques obscurs, il y a de quoi faire) mais à St Denis en Val, le trio de Cambrousse Éditions avait fière allure. Je leur ai acheté un exemplaire d’Encre de Chine, leur fanzine international (avec des illustrateurs/auteurs italiens, espagnols et états uniens), avec des textes, des BD, des illustrations, le tout très graphique. J’ai pris Famicoma, un recueil de travaux de Thomas Rouzière avec des croquis et des histoires étranges de M.Chou et des types à tête carrée. Et j’ai regretté que Violaine Briat n’ait pas un recueil à elle parce que son carnet de « croquis » était hallucinant et que son blog est plein de jolies choses. J’espère retrouver très bientôt tout ce petit monde dans des projets dignes de leur talent en espèrant que le jeu vidéo ou l’animation ne les mange pas…

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *