Enquêtes à la Belle Époque

Quand j’ai propo­sé Aglaëe Aglaé (dit encore les enquêtes insolites des Maîtres de l’Étrange) aux éditeurs, j’ai été un peu déçu du manque de réacti­vi­té de leur part… Ce n’est qu’après coup que je me suis rendu compte qu’il y avait de nombreuses séries et histoires sur le même thème (enquêtes à la Belle Époque) en publi­ca­tion ou en projet. Du coup, je me suis mis à lire ce que mes confrères avaient réali­sés sur le sujet. Et j’ai peur de ne pas avoir tout vu…

CHAMBRES NOIRES T1.indd.pdfChez Vents d’Ouest, le thème est porteur puisqu’il y aura trois histoires en comptant la mienne. Chambres noires d’Olivier Bleys et Yomgui Dumont est d’ins­pi­ra­tion fantas­tique baroque. Une famille allumée escroque les crédules en faisant apparaître des ectoplasmes sur des plaques photo­gra­phiques (très à la mode à l’époque). Sauf qu’un vrai fantôme apparaît un jour. Je n’ai lu que le premier tome (le second est sorti il y a peu) qui est assez intri­gant et un peu frustrant (les motiva­tions des méchants se font un peu attendre). Le dessin de Dumont, qui rappelle aussi bien la Nouvelle École française (Sfar, Blain…) que Tim Burton est très expres­sif et souligne l’étran­ge­té de l’his­toire. Si je devais donner mon avis (c’est fait), je dirai que la famille de héros est un peu trop compli­quée : il y a un membre pour chaque situa­tion, ce qui est bien pratique pour la narra­tion mais donne un résul­tat étrange.

chambres-noires-bleys-dumont-pl-t1
Qu’est-ce que vous avez contre les filles ?

quatre-baker-street-djian-etien-legrand-t2-couv Les quatres de Bakers­treet (que je m’obs­tine à appeler ”de Basker­ville”) est une série qui marche bien et qui arrive à son quatrième tome. Elle n’est pas vraiment Belle Époque mais plutôt Victo­rienne puisqu’elle se déroule à l’époque de Sherlock Holmes. Le fameux détec­tive utilise les gamins errants de Londres comme source d’infor­ma­tion et la série reprend le concept en mettant en avant trois gamins orphe­lins engagés par Sherlock et qui vivent leurs propres aventures. Je n’ai lu que le tome 2, Le dossier Rabou­kine. Dans cette histoire, il n’y a pas vraiment de mystère (un meurtre rapide­ment éluci­dé et secon­daire) mais plutôt un emprunt à l’His­toire intéres­sant : la lutte entre la police secrète tsariste et les exilés russes révolu­tion­naires. L’approche est très classique (Loisel a signé la préface du premier) aussi bien dans la narration/​découpage que dans les person­nages et intrigues (les gamins sont débrouillards et propres sur eux, les révolu­tion­naires au nombre de cinq, la fille jolie…). Ce tome 2 n’est donc pas parti­cu­liè­re­ment Holme­sien mais je n’ai pas lu les autres. Le seul point qui m’a chiffon­né, c’est la lumière d’août qui tombe en perma­nence sur Londres : c’est parti­cu­liè­re­ment coloré et lumineux même quand il pleut, on se demande un peu où est passé le fameux fog :-)

quatre-bakerstreet-djian-etien-t2-pl
le climat anglais est assez humide en général

bonin-ChambreObscureT1 Je connais­sais déjà le travail de Cyril Bonin en tant que dessi­na­teur de Fog, une série Victo­rienne avec Roger Seiter au scéna­rio que j’avais bien aimé. Les histoires étaient intri­gantes et le dessin de Bonin avec ses person­nages longi­lignes ajoutaient à l’étran­ge­té. Pour cette histoire en deux tomes (un seul lu), la quatrième de couver­ture fait référence à Arsène Lupin et nous avons un inspec­teur appelé Lupin qui enquête sur le vol de trois tableaux sans valeur dans une famille bourgeoise. Si l’enquête commence à peine dans le premier tome, l’his­toire tient bien la route grâce aux diffé­rents person­nages soigneu­se­ment construits et qui ne se dévoilent que peu à peu. Une jeune fille qui vit le monde à travers les romans, une mère qui se sent mal en perma­nence, un grand père un peu sénile et souriant, une tante très moderne et douée pour le tir au pisto­let et une inspec­teur, grand échalas malin qui ne se laisse pas manoeu­vrer… Diffi­cile de dire qui a comman­di­té le cambrio­lage. L’ensemble est très théâtral mais dans le bon sens du terme avec une vraie quali­té de dialogues.

chambre-obscure-bonin-dargaud-t1-pl
un bon roman d’avant les tablettes

aspic-couv-t1 Je n’ai pas lu Aspic, les détec­tives de l’Étrange (argh, j’arrive après dans l’Étrange) de Thier­ry Gloris et Jacques Lamon­tagne qui en sont à leur second tome. Pour le coup, j’ai un peu la honte parce que les person­nages ne sont pas sans rappe­ler Aglaëe : un vieux enquê­teur du nom de Dupin enquête sur des évène­ments étranges, secon­dé par une jeune fille hyper­ac­tive. L’ensemble paraît soigné mais je n’ai pas eu l’occa­sion de le lire.

clues-mara-couv Clues, publié chez Akileos, en est à son deuxième tome. Entiè­re­ment réali­sé par Mara, la série raconte l’enquête d’une jeune fille qui rejoint Scotland Yard à la période victo­rienne (c’est possible ? Non, ce n’est pas possible) et qui découvre que l’affaire dont elle s’occupe a des ramifi­ca­tions avec la mort de sa mère. Le graphisme vient ‑encore !- de l’ani­ma­tion. Visible­ment, un troisième tome est en prépa­ra­tion. Pas lu – et merci à Totoche pour l’avoir déniché.

special-branch-seiter-hamo Special Branch est une unité d’enquête scien­ti­fique d’élite de la police anglaise victo­rienne avec une fille dedans – quelle ouver­ture d’esprit, ces Anglo-Saxons ! Seiter et Hamo à la baguette et c’est publié chez Glénat. Il y a un côté étrange à cette multi­pli­ca­tion de policiers féminins pour cette époque puisque le concept des enquêtes à la Sherlock, c’est de confron­ter une rigueur déduc­tive à des évène­ments étranges, bref remettre de l’ordre là où il y a désordre. Présen­ter des filles en policier, c’est ajouter du désordre pour cette époque et ça frise le contre­sens mais c’est évidem­ment très ”moderne” (on pourra se référer au bouquin de Lacas­sin, Mytho­lo­gie du roman policier, pour réflé­chir au rôle de l’enquê­teur dans ce genre d’his­toires).

Au final, j’ai l’impres­sion que le thème génère des univers variés et seul Aspic semble fonction­ner sur le même registre qu’Aglaëe.
mise à jour du 07/​05/​2012 : Clues propose aussi une jeune enquê­trice qui prend de l’assu­rance. Je suis d’une origi­na­li­té effrayante…
Si vous connais­sez d’autres séries/​histoires en parution du même genre, n’hési­tez pas à m’en faire part que je complète ce billet.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

21 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *