Désirs exaucés .. Beauté t.1 (Hubert & Kerascoët – Dupuis)

Tout mes visi­teurs connaissent et appré­cient ma rigueur, mon hon­nê­te­té intel­lec­tuelle, mon recul par rap­port aux livres chro­ni­qués ici mais, pour les Kerascoët, rien à faire, fan je suis, fan je reste. Je sau­ve­garde fébri­le­ment la moindre image issue de leur blog et j’ai les mains moites à l’idée d’un nou­vel album sor­ti. Il faut dire qu’ils ne sont pas nom­breux les auteurs BD à cher­cher des nou­velles solu­tions gra­phiques, à tra­vailler le medium tout en racon­tant des his­toires lisibles par tout le monde.
Voilà donc la nou­velle série des auteurs de Miss Pas Touche comme le pro­clame fiè­re­ment l’autocollant de cou­ver­ture. Il y a fort long­temps, une jeune fille laide, sur­nom­mée Morue rap­port à son odeur (elle tra­vaille le pois­son), verse une larme sur un cra­paud qui est en fait une fée. En récom­pense, elle peut faire un voeux et décide qu’elle sera la plus belle femme au monde. Sauf que si son entou­rage la voit belle, elle reste la seule à voir son vrai visage dans le miroir. Comme on pou­vait s’en dou­ter dans un conte moderne, ce cadeau est empoi­son­né et si les rêves secrets de Morue (rebap­ti­sée Beauté) se réa­lisent (elle est aimée du jeune sei­gneur), elle est deve­nue un objet de désir source de mal­heur pour ceux qui l’entourent.
Hubert donne ici un conte noir bien mené qui dépasse le cercle des lec­teurs habi­tuels de Spirou maga­zine avec beau­coup d’ironie. En s’attaquant à une obses­sion très moderne (la beau­té à tout prix), il dépasse aus­si le cadre de l’histoire pour ame­ner quelques réflexions inté­res­santes sur la nature du pou­voir de l’apparence. Ses cou­leurs font mer­veille, un peu sourdes et rap­pe­lant les illus­tra­tions d’antan. Le des­sin des Kerascoët est sur­pre­nant et magni­fique: trai­té dans une ligne très claire, il rap­pelle un peu Dubout. En s’éloignant du trait «post Sfar/Blain», il s’accorde par­fai­te­ment au thème.

les limites de l'Art

ambiance bleue

L’observateur malin remar­que­ra que cer­taines par­ties colo­rées rap­pellent le décou­page papier en se pré­sen­tant sans contour (ce qui ren­force l’effet de “conte d’antan”). Pour cela, les Kerascoët ont peint les zones en ques­tion en vert sur leurs ori­gi­naux pour per­mettre à Hubert de les trai­ter comme une zone nor­male. Vous pou­vez voir l’exemple de la cou­ver­ture ci-dessous et d’autres sur le blog offi­ciel. En fait, j’ai été un peu déçu parce que je savais pas qu’il y aurait des cou­leurs clas­siques par des­sus et j’aurai ado­ré voir une ver­sion bico­lore noir et vert de l’album. Ah, c’est sûr, quand on est fan, on est fan.

en vert et blanc

PS; je reçois aujourd’hui un mail de chez Delcourt annon­çant l’acquisition d’une part majo­ri­taire du capi­tal des Editions Soleil. Certains parieurs viennent de perdre leur che­mise…

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, informez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

12 commentaires

  • Le deuxième s’achève dans Spirou:Pages superbes,un fort fort beau récit.Ce qui me fait plaisir,c’est que le joli duo explore avec envie,une vraie soif,le dessin(Trés rare,hein),ont à coeur d’évoluer et d’offrir “autre chose”.Quel bon­heur d’explorer ces pages;je pense que des ponts avec l’art russe soivent vu ici vont pou­voir s’établir(travail des décors,coloris,contrastes couleurs/trait…).Dommage que “Reine beau­té” soit deve­nu “Beauté”(Bon;c’était pris?)

  • C’est vrai que ça file dans Spirou en ce moment. C’est vrai aus­si qu’il y a un côté “russe” dans le tra­vail mais pas que…

  • Ah, on doit aux Kerascoët quelques-unes des plus belles claques de ces der­nières années (pas encore remis de *Jolies Ténèbres*). La planche noc­turne à l’ambiance bleue est une petite mer­veille, j’ai hâte de lire l’album.

  • Eh bien, ne lisant pas Spirou (un comble ? Pas tant que ça:), j’attendais cet album avec impa­tience. Il est certes très beau, voire plus. Je suis d’ailleurs fan d’Hubert, le mec, le colo­riste et le scé­na­riste… et vous vous dou­tez bien que si je dis ça, c’est que je vais modu­ler la fan­ne­rie :) Bref, j’étais prêt à ado­rer, mais je n’ai pas été sur­pris une seule fois. Même j’ai trou­vé que ça man­quait de conci­sion et donc de pèche. Peut-être que j’en atten­dais trop, je ne sais pas. Ce n’est après tout, que mon avis de lec­teur. JD

  • Si j’ai bien tout com­pris, les à-plats de cou­leurs, bruts, “à la Morris”, ne seraient pas “pour aider Hubert à poser la cou­leur” mais tout sim­ple­ment la ver­sion ori­gi­nale ini­tia­le­ment sou­hai­tée par les Kerascoët, mais jugée moins com­mer­ciale et donc non rete­nue par l’éditeur (c’est vrai que c’est assez décon­cer­tant).
    Un album tiré à part et qui se revend déjà hélas assez cher sur inter­net reprend d’ailleurs cette ver­sion (faire offre !).
    http://www.bedetheque.com/album-123874-BD-Desirs-exauces-Les-coulisses-de-l-album.html

  • Il fau­drait que je les inter­viewe ah ah ah. Il sem­ble­rait que les Kerascoët espèrent tou­jours une ver­sion “ori­gi­nale” dans un tirage moins limi­té.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *