Croisière cosmos ( Olivier Texier – Shampooing )

croiserecosmoscouv

Les albums Shampooing se suivent et ne se ressemblent pas. Au moins scéna­ris­ti­que­ment avec ici un feuille­ton SF bien trous­sé par Olivier Texier.
Un vaisseau fend l’Espace noir. À son bord, un robot ménager et toute une cargai­son d’aliens enlevés par les humains. Mais où sont passés les humains d’ailleurs ? Voilà donc nos ET, croise­ments impro­bables entre un lycéen franchouillard et une bestiole Star Warsienne, qui zonent dans le vaisseau, s’amusent avec les boutons et tentent vague­ment de rentrer chez eux. C’est que ce super loft est quand même plus sympa que la planète natale ! Malheu­reu­se­ment, des dangers rôdent dans les couloirs : un brougle à tomique et un appren­ti dicta­teur qui cache bien son jeu. Consti­tué de courts chapitres, l’his­toire fonctionne un peu comme une série télé avec des person­nages en évolu­tion, des gags qui se répondent et des thèmes qui struc­turent l’ensemble. De ce point de vue là, c’est une réussite puisque Texier évite l’his­toire à gags pour créer une véritable petite commu­nau­té (le début m’a paru d’un intérêt limité et c’est seule­ment arrivé à la fin de l’album que j’ai appré­cié ce départ intri­gant). Dommage que les persos ne soient pas plus variés : ils oscil­lent un peu entre le collè­gien abruti et l’étu­diant fainéant et du coup, ça limite un peu la portée d’une histoire qui aurait pu aller un peu plus loin.
Pour ce qui est du dessin, il parait que c’est du dessi­né sans crayon­né ”à la Sfar” qui fonctionne plutôt bien. Finale­ment un petit album bien plus subtil qu’il n’en a l’air.

chasseur de slip

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

21 commentaires

  • Il faudrait fonder un label ”Réali­sé sans crayon­nés” ou ”Gomme Free” ! Un beau bandeau sur les livres de la Nouvelle BéDé…

    Non ???

    Tu crayonnes, toi ? Tu charbonnes ? Bouh le ringard !

  • J’ignore s’ils sont nombreux à bosser comme le Mètre. Le dessin n’a quand même rien de renver­sant. C’est de l’humo­ris­tique sympa.

  • non seule­ment Olivier Texier est un auteur talen­tueux et un peu tordu – voir son ” Grotesk ‑mais en plus c’est un catcheur nantais à moustache redou­table.… et il possède de nombreux autres secrets …

  • @b : ah ben oui, je connais­sais Grotesk mais je n’avais pas fait le lien… http://​otexgro​tesk​.free​.fr/
    J’ai l’impres­sion que les catcheurs mousta­chus colonisent la BD.

    @david t : non, non, David, tu confonds les dessi­na­teurs sans encrage et les dessi­na­teurs sans crayon­né. Les seconds sont plus côtés parce qu’ils peuvent amélio­rer leur dessin en gommant :-) Et ils sont aussi plus nombreux (à vue de nez, j’en connais bien deux plus toi ça fait trois).

  • @Li-An : ah oui mais atten­tion, moi c’est du gommage apparent et si possible je garde même les traces de doigt. alors que le dessi­na­teur sans crayon­né, s’il triche avec du tippex, eh bien personne ne le saura jamais.

    plus sérieu­se­ment je me sens assez proche de la pratique de l’encrage direct ; pour moi c’est la même idée mais avec un outil diffé­rent.

    et (pour revenir au sujet du post) j’ai bien hâte que croisière cosmos arrive à montréal, étant assez amateur du travail d’oli­vier texier. et les deux pages propo­sées ici me plaisent beaucoup.

  • Le tout c’est de faire du dessin direct, en fait. Pourquoi pas de la gomme direct ? Ce serait un bon conseil à donner à quelques-uns…

    (oulah, cette note va me sevir pour quelques prochians posts du comix pouf !)

  • c’est ce que je devrais faire : dessi­ner entiè­re­ment une histoire et la repas­ser ensuite entiè­re­ment à la gomme. on consta­te­ra qu’il y a eu une histoire, là, à un certain stade, mais au moment de la lecture il n’en reste­ra plus que des traces illisibles. je sens que je tiens là mon fauve d’or.

  • Ben moi j’ai fait quelque chose d’assez rare pour moi avec ce Croisière Cosmos, je l’ai reven­du. De rien.
    Sans rire Li-An, c’est quand même hyper vide ce bouquin, graphi­que­ment ok, on comprend d’emblée les limites du dessi­na­teurs (que j’accepte sans mal hein) mais le scéan­rio, sa mise en place, c’est d’un lourd. Ecouter les remarques d’ales­cents attar­dés dégui­sés en ET sur 150 pages, pfff.…

  • @Thyuig : je ne les ai pas lus non plus, à part quelques extraits ici et là que j’ai bien aimé. je posais juste la question en me deman­dant si c’était l’auteur que tu n’aimais pas ou ce livre en parti­cu­lier.

    j’aime bien le blogue de texier : http://​otexier​.blogspot​.com/
    c’est de l’humour parfai­te­ment con mais je suis bon public pour ça, j’avoue… :)

  • @Thyuig : ah, je ne peux pas faire l’impasse sur les points parti­cu­liers que tu soulèves, Thyig… Il y a un côté un peu régres­sif dans ce scéna­rio qui peut faire penser à de la facili­té…

  • Tu veux dire qu’on peut aussi gommer le scéna­rio ?

    Je l’ai feuille­té à la librai­rie, mais il n’y avait ni pipi, ni caca, ni zizi, ni couille qui dépasse, pas même l’ombre d’un hydro­cé­phale : du coup ça ne m’a pas embal­lé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *