Clafoutis n°3 (collectif – éditions de la Cerise)

couv

Il est temps de révéler la vérité au grand public: Guillaume Trouillard, directeur des éditions de la Cerise a été happé dans sa jeunesse par une moissonneuse batteuse inconsciente qui ne songeait qu’à s’amuser un coup. Cette malheureuse expérience est directement à l’origine de ce numéro trois de la très belle revue Clafoutis, à la pointe de la pointe. Évdemment, on peut rester perplexe devant des histoires qui sont dans une optique de recherche et, tel un Jijé rugissant, se demander ce que l’on raconte ici mais le talent évident de ses jeunes (et moins jeunes) gens force le respect et oblige à les suivre sur les pentes du décalé et du nonsensique qui ouvre d’autres perspectives à la BD, quoiqu’on en dise. De ce numéro, je retiendrai les nombreux travaux de Trouillard (notamment de belles planches animalières en couleurs directes sur un texte surréaliste d’ Éric Chevillard ou un hommage à Little Nemo étonnant), une Alice très flottante de Gregory Elbaz et, pour les fans de Vincent Perriot, une histoire toute en vitesse et percussion qui prouve que ce jeune homme a tout compris de la vie en mélant caresses entre filles, grosses cylindrées et accidents spectaculaires. Il ne faut pas croire que le reste soit moins bien mais je n’ai pas la place de tous les citer. Je ferai juste la fine bouche devant les travaux des Nine père et fils. Le premier montre des sculptures sur un texte peu passionnant et le second, hors la virtuosité graphique du trait, ne m’a pas convaincu sur la narration (mais ce genre d’auteur demande une vibration synapsique à l’unisson).

Alice est toute pâlotte - Gregory Elbaz

la fin du monde gare St Lazare - Vincent Perriot

North by OGM - Guillaume Trouillard

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-moi en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

11 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *