Le chevalier au cochon (Appollo & Brughera – Carabas)

Copinons, copinons avec ce fabuleux album plein de joie et de cochons qui ravira les appren­tis bouchers, les cheva­liers faux-culs et les princesses moches. Du fameux tandem Appollo/​Brughera à qui nous devons ”The Da Vinco Cade”, ”Tatanic” et ”Lanfaust de Troie”.
La presse a dit ”Un album idéal pour la jeunesse” (Le Point), ”une révéla­tion éclatante” (Libé), ”Des rires et des larmes comme s’il en pleuvait” (Le Figaro Madame). Mais bizar­re­ment, elle n’a pas parlé de cet album. Bah, ça ne saurait tarder, une fois que Manu Brughe­ra aura séduit la fille Drucker…

oui, c'est bien une princesse

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, ,

14 commentaires

  • Chère Alerteo­range, pour que je te réponde, il faudra que tu puisses me prouver que tu n’es pas Manu Brughe­ra ou un de ses complices de décon­nade ;-) Sinon, Appol­lo est dans le Wikipe­dia.

  • Tu es paranoïaque Jean Michel,
    ce pauvre indivi­du en alerte orange doit être déçu …
    Signé :
    Un désas­treux complice.

  • Dis donc, pipelette, tu crois peut être que je suis pas au courant de tes basses médisances ?!? J’t’en foutrais des bars louches et des filles de Michel Drucker moi ! …
    Tu ferais mieux de parler de ce bouquin qui s’appelle ”la Chasse au dodo” qui a été distri­bué avec le moignon gauche par ces demeu­rés des éditions Orphie … ça ravira peut être les enfants de notre unique admira­teur du ”Cochon” (si il en a) …
    Et puis arrête d’ache­ter tous les disques nuls que conseillent les Inrocks, tu n’auras plus d’argent pour nous payer des coups en janvier !

  • Ah là je ne peux pas nier que c’est du Manu tout craché :-) C’est vrai que je n’ai pas parlé de la Chasse au Dodo qui vaut surtout pour les beaux dessins de Môssieur Brughe­ra (je n’ai pas trop accro­ché au texte appol­lo­do­rien pour le coup). Je ferai un post prochai­ne­ment puisque c’est si genti­ment deman­dé. Je ne parle­rai pas ici des éditions Orphie qui ont su redon­ner toute sa noblesse à l’édi­tion française (je blague).
    Par contre, il faut que je m’élève en faux contre cette basse attaque sur mes goûts musicaux : j’ai arrêté d’ache­ter les Inrock au numéro 2 de leur passage au format hebdo­ma­daire et mes achats musicaux sont motivés par mon goût propre (je n’écoute pas des brutes avinés qui beuglent ”Bayou Bayou” toute la sainte journée ou des punks décolo­rés qui se croient encore aux Bains Douches moi).
    Et il faut que je présente mes excuses à Mademoi­selle Drucker qui sort avec un grand servi­teur de l’Etat et pas ce méchant galeux de Manu.
    Bon, là j’ai tout dit. Je t’embrasse bien fort Manu et, dès à présent, je collecte mes pièces jaunes pour t’offrir une Dodo en janvier 2008
    (mainte­nant, si ça se trouve, c’est ce grand cinéaste maudit, Bertrand Mandi­co, qui est train d’essayer de me pourrir mon beau blog). Je rajoute des smileys :-)) parce que je sais que c’est un gars gentil au fond de son coeur, troisième porte à droite.

  • Cher Li-An, Manu m’a dit que tu me citais sur ton Blog.
    Nous ne nous connais­sons pas, mais nous nous sommes croisés il y ‘a quelques années.
    Sache en tout cas que je n’ai malheu­reu­se­ment pas le temps ni l’envie de ”pourir” ton blog.

    M

  • Li An dessine bien, et ses BD sont géniales…
    En plus il avache­ment d’humour et très bon gôut…

    Je vais de ce pas chez mon libraire pour acheter la jolie bande dessi­née de Manu et Appolo.

  • Ah ça c’est un beau tour de cochon ! :)
    En plus il réussi à ce qu’on on n’en croit pas un mot, de ce qu’il dit eh

    Dis ton site/​blog ne rencon­tre­rait-il pas qques problèmes techniques ces derniers temps ? Ou vien c’est moi?!

    Amica­le­ment,

    bob

  • Et si mainte­nant on mangeait un yahourt nature 0% sans sucre en écoutant une chanson de Camille, ce serait pas super génial ?

  • Les commen­taires sur ce billet sont modérés. Ce n’est pas parce que j’ai laissé passé le bazar au dessus que ça va se repro­duire. Merci de votre (in)compréhension.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *