Azimut – Les aventuriers du Temps Perdu t.1 (Lupano & Andreae)

azitmut-lupano-andreae-couv

Voilà un album presque ”rétro”. Couleurs directes, person­nages délirants, univers poéti­co-bordé­lique, j’ai eu l’impression de faire une marche arrière vers les années 90, à l’époque où Delcourt publiait avec succès ce genre d’histoires qui tenaient surtout sur l’univers graphique.
Il est un peu compli­qué de résumer ce premier tome des Aventu­riers du Temps Perdu. Beaucoup de person­nages sont présen­tés sans qu’aucun ne prenne vraiment une place centrale. En fait, c’est la première fois que je lis un album qui a deux ouver­tures succes­sives. Pour résumer à la louche, dans un univers délirant mais plutôt cohérent, le Nord a dispa­ru, ce qui met le bazar un peu partout et parti­cu­liè­re­ment dans la vie de La Pérue, explo­ra­teur au service de sa Majes­té Irénée. Laquelle Majes­té est tombé amoureux fou de ce qui paraît être une belle roulure, la preudo princesse Aïcha Pardio­sa, qui passe d’une cour à l’autre pour piquer à l’aide de ses complices de vieilles pièces de monnaie inuti­li­sées. Mais elle est telle­ment bien fichue que tout le monde tombe amoureux d’elle, même les lapins blancs… Voilà une partie de l’histoire parce que je mets de côté d’autres person­nages qui récupèrent un oeuf de clepsi­grue d’où sort un gamin qui… Laissons tomber.
Lupano – mazette, c’est son second album que je chronique en peu de temps – s’amuse énormé­ment à faire partir son univers dans tous les sens sans que l’on puisse dire si tout cela est bien ficelé (la quatrième de couver­ture nous en apprend plus sur l’histoire que ce que l’on en lit dans l’album) et Andreae rebon­dit là-dessus avec ses couleurs directes – mais des lettrages infor­ma­tiques, nous ne sommes plus à un paradoxe près. Person­nages impro­bables, écolo­gie surréa­liste, décors délirants, le plaisir des deux compères est conta­gieux et on tourne les pages en se deman­dant ce qu’ils vont pouvoir encore inven­ter. Un album rafraî­chis­sant au milieu des sorties histo­riques et vague­ment lugubres.

azimut-lupano-andreae-pl

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
, ,

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *