Autobiography of me too (One and Two) (Bouzard – Les Requins Marteaux)

Ces albums à la couver­ture toilée, au papier blanc glacé et résis­tant, à l’impres­sion noir et blanc de grande quali­té, feront la joie des collec­tion­neurs qui sauront recon­naître l’inves­tis­se­ment à long terme propre à ravir leurs enfants et petits enfants qui pourront capita­li­ser sur ces objets (par l’inter­mé­diaire de E Bay par exemple).
Ce que j’ai pu hésiter à les acheter ces bouquins… J’avais lu dans le défunt Bandes Dessi­nées Magazine ( ou BD Mag, j’sais plus ils ont tous des noms pourris ces magazines) une planche de Bouzard qui m’avait fait beaucoup rire (où il envisa­geait de se mettre à l’héroïque fantai­sie après avoir explo­sé l’auto­bio­gra­phie). Et pis Bouzard était invité à la Réunion et c’était le moment où jamais d’inves­tir dans un bel album à dos toilé (dédica­cé, mazette !). Je ne regrette pas mon achat. En plus d’un papier blanc glacé et résis­tant, ces BD sont pleines d’his­toires courtes hilarantes plus ou moins véridiques (je doute que Bouzard ait un chien qui parle) qui narrent la vie de tous les jours d’un dessi­na­teur nommé Bouzard (et qui ne ressemble pas du tout physi­que­ment au vrai Bouzard). Bouzard se trans­forme en Ramon, Bouzard écoute (très fort) du rock, Bouzard se cuite (souvent), autant d’expé­riences enrichis­santes pour le lecteur et l’auteur. Si vous comptiez acheter à votre belle-mère le dernier Satra­pi, offrez les Bouzard à votre meilleur ami…

> voir une planche ici

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes
,

8 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *