Goût Prince chocolat

Il pleut tout vio­let ce matin dans mon jar­din… Prince ne s’est pas effon­dré sur scène mais dans son stu­dio d’enregistrement à l’âge de 57 ans. Je n’imaginais pas un ins­tant le voir atteindre la soixan­taine.

vroum vroum vers le Paradis
vroum vroum vers le Para­dis

Contrai­re­ment à Bowie dont j’ai lou­pé tout le début de car­rière, j’ai eu la ”chance” – hasard de calen­drier – de décou­vrir le ”Kid de Min­nea­po­lis” à la sor­tie de Purple Rain, l’album qui le fait vrai­ment explo­ser. À par­tir de là, je vais le suivre jusqu’au Love Sym­bol Album et remon­ter jusqu’à 1999 qui est deve­nu avec les années mon album pré­fé­ré.
Avec Prince, je sors de ma zone de confort musi­cal : le per­son­nage est sul­fu­reux à l’époque et on glose sur les râles de plai­sir fémi­nin dans ses chan­sons et sa période ”porte jar­re­telles sur scène”. Les ama­teurs de musique devaient faire un choix : Michaël Jack­son ou Prince. Prince défi­ni­ti­ve­ment qui remet la sen­sua­li­té et le désir au centre de la musique. Comme pour tous les artistes que j’adore, sa créa­ti­vi­té qui sem­blait sans limite m’a fas­ci­né.

Mais contrai­re­ment à Bowie qui sor­tait régu­liè­re­ment des choses qui me rap­pe­laient à son bon sou­ve­nir, j’ai com­plè­te­ment lais­sé tom­ber Prince sous ses dif­fé­rentes incar­na­tions et aucun des titres écou­tés récem­ment ne m’a séduit. Et, évi­dem­ment, son côté aga­çant – petit génie pas vrai­ment deve­nu adulte – ne don­nait pas envie de ”gran­dir” avec lui. Res­tent des mor­ceaux qui res­te­ront à jamais genre Kiss à chan­ter dans sa bai­gnoire comme Julia Roberts dans Pret­ty Woman.

Bon, c’est super com­pli­qué de lui rendre hom­mage sur le Web puisqu’il tra­quait tout ce qui n’était pas auto­ri­sé – impos­sible de trou­ver le clip offi­ciel de Purple Rain. On va mettre la bande annonce du film – jabots et mau­vais goût assu­ré.

Purée, une bonne vidéo de 1999 ! Porte-jar­re­telles pour les filles cette fois-ci, œil de velours, ryth­mique impla­cable, torse nu, éner­gie bon­dis­sante. Fran­che­ment, quand je pense qu’il y en a qui pré­fèrent Motö­rhead !

Si vous avez trou­vé une faute d’orthographe, infor­mez-moi en sélec­tion­nant le texte en ques­tion et en appuyant sur Ctrl + Entrée.

Étiquettes

10 commentaires

  • Je n’ai jamais été vrai­ment adepte de la musique de Prince, pas mon style, même s’il faut lui recon­naître une volon­té de ne pas tom­ber dans le mains­tream. Et aus­si que ”Purple rain” est un sacré chef d’oeuvre.

    Jolie la com­pa­rai­son avec Motö­rhead, fal­lait oser ! :D

    • C’est l’intérêt de Prince : sa musique ne plaît pas à tout le monde et il a réus­si pour­tant à écrire des tubes inter­pla­né­taires. Je me suis moqué – un peu – des fans de Möto­rhead parce que j’en connais :-)

    • C’est à dire qu’à l’écoute de Prince, j’ai envie d’aller faire l’amour avec plu­sieurs femmes alors qu’avec Möto­rhead, j’ai un peu envie d’envahir la Fin­lande :-)

  • Y a pas à dire,on a tous de plus en plus l’âge de nos souvenirs.Tiens,Talk Talk par exemple.
    Le génie (mais les mots sont un peu forts) de Prince,c’était la gran­deur de James Brown(avec le côté méga­lo pas popu tout-à-fait assumé)à l’époque dorée du vidéo clip,non ?
    Et quand Chuck Ber­ry ou Jer­ry Lee Lewis pas­se­ront l’arme à gauche,la réson­nance média­tique sera,comme pour B.B.King,un bien trop petit quelque chose.

    • Ah, ça, on sait quand on est vieux : c’est lorsque les jeunes gens ne com­prennent rien à vos réfé­rences :-) Je ne sais pas si on peut asso­cier Prince à la vidéo. Il n’en a pas fait de vrai­ment mar­quantes – contrai­re­ment à son ”concur­rent” Michael Jack­son.
      J’avoue que Chuck et Jer­ry ne sont pas de ma géné­ra­tion :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *