5 est le numéro parfait (Igort – Casterman)

cinq-numero-parfait-igort-couv D’Igort, je n’avais lu que ses premières histoires qui datent de l’époque Frigidaire dans les années 80, avec toute une équipe de jeunes loups italiens dont Mattoti. Récemment, il a réalisé des ouvrages centrés sur l’histoire des pays de l’Est, très éloigné semble-t-il des délires de l’époque plein de super héros comics et de références à l’imagerie communiste – très à la mode à l’époque de Bilal à Chaland.
5 est le numéro parfait est un polar un peu en roue libre. On y suit le parcours meurtrier de Peppino Lo Cicero, un tueur de la mafia à la retraite. Son fils a repris le taf mais voilà que son dernier contrat tourne mal. Peppino est obligé de reprendre contact avec ses anciens amis pour tenter de venger son fils. Ça c’est le pitch mais en fait, il y a plein de dialogues nostalgiques, de réflexion sur la vie, de virées urbaines, de personnages décalés et de trucs qui ne rentrent pas dans une vraie histoire – évènements fantastiques, rêves étranges. Côté dessin, c’est assez contrasté dans tous les sens du terme. Igort semble s’être laissé porter par son inspiration même si il y a une certaine logique: aplats jetés et impressionnistes pour la ville, ligne claire sèche pour les dialogues, coups de feu tranchés. Il y a donc des séquences très réussies et d’autres un peu dures à regarder – certaines séquences de découpage m’ont laissé dubitatif. J’ai été un peu frustré par le look du personnage principal, très simple, une espèce de vieux Tintin, jusqu’à ce que je comprenne que c’était un hommage à Dick Tracy de Chester Gould. Il y a d’ailleurs plusieurs références au monde du comics.
Au final, un album qui mérite largement le détour, très rafraîchissant dans sa liberté de ton (ça fait penser à du Planète Lointaine en mieux fichu) mais, contrairement à ce que promet la com’, vous n’apprendrez rien sur Naples ou sur la Mafia…

cinq-numero-parfait-igort-pl




  • 5 commentaires

    • Dans la même collection, à lire aussi : « L’Alligator-Dis-moi que tu ne veux pas mourir ».
      Evidemment, avec des couvertures aussi invisibles, on passe à côté.

    • julien dit :

      Encore un homme à la valise…
      http://www.youtube.com/watch?v=sccxTj1smGg
      Une seconde vidéo tend vers du Blutch.Brillant.
      Ton billet n’est pas vain:Aprés être passé à côté depuis 10 ans,je vais enfin ouvrir le bouquin…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>