Une fille, un robot, une fille, Ashley Wood

Zawa Zawa (Ashley Wood – PIE)

ashley-wood-zawa-cpouv

Ashley Wood, voilà un artiste australien qui revient dans la conversation lorsque l’on aborde les artistes contemporains à l’univers un peu déjanté. Sauf que je n’ai jamais parlé de lui sur ce blog, pas vraiment convaincu par les images que je croisais.
Pourtant, il y avait tout pour me plaire: des robots tout rouillés, des jeunes filles qui se la pètent en petite tenue, un graphisme en liberté avec une grande sûreté technique. Mais, rien à faire, ces petites culottes et ces gueules métalliques ne me disaient rien.

Il faut dire que Wood est une espèce d’obsessionnel. Il peint ou dessine des robots, des filles, des robots, des filles. J’ai cru comprendre que c’était plus ou moins tiré d’un univers comics qu’il a inventé mais c’est étrangement peu propice à l’imaginaire pour moi. Les filles sont des espèces de pin ups floues, le traitement très jeté leur retire la personnalité qui est justement l’apanage de la BD ‑ créer des personnages vivants à partir d’un dessin simple. J’y vois plutôt un prétexte à peindre, à dessiner, un truc de graphisme perdu dans son univers plutôt que désireux de faire passer quelque chose.

Mais quand on m’a offert Zawa Sawa, le dernier ouvrage consacré à son travail, je n’ai pas fait la fine bouche. Techniquement, c’est plutôt culotté ‑ si j’ose dire ‑ avec des techniques différentes, un plaisir à peindre réjouissant. Ça donne envie de faire pareil. Le livre est petit format – à la japonaise ‑ mais bien reproduit et riche en images.

ashley-wood-zawa-03
white minou
ashley-wood-zawa-02
grands bras, grandes jambes
ashley-wood-zawa-01
you’re in the Army now
ashley-wood-zawa
gros flingues et petites culottes



  • Étiquettes
    ,

    6 commentaires

    • Réjouissant,oui!Une énergie très communicative.On n’imagine pas un tel livre sagement feuilleté sur un coin de table.
      Je succomberai à une méchante manie,non pas de comparaison,mais d’ « association d’idée »,car certaines images ont le mouvement(le jeté),les longues gambettes et un peu de palette de René Follet;comme transposé.
      Heureux partage.

    • Avant de vous lire j’y ai vu aussi tout de suite du Follet! On y revient toujours!… C’est juste beau, y a pas de mots.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *