Cugel the Clever (Jack Vance)

Pour la deuxième couverture de la série (cf. le billet ici) de la Terre Mourante, il fallait représenter Cugel dit l’Astucieux. Cugel est une espèce d’escroc/voleur/imbu de lui-même comme Jack Vance en a beaucoup placé dans ses livres mais rarement en tant que personnage principal. En tentant de cambrioler Iucounu le Magicien Jaune, Cugel se fait choper et, pour sa peine, est chargé de récupérer un oeil de démon qui permet de voir le monde supérieur. Pour le motiver dans sa tâche, une bestiole toute en croc est enfoncé dans son abdomen au niveau du foie. Et ensuite, il doit retrouver le chemin du retour!
Avec Cugel, Vance est franchement dans l’humour, quelque fois très noir. Ce personnage est tellement égoïste qu’il en vient à provoquer des catastrophes monstrueuses juste par avidité, ce qui ne l’empêche pas de s’en tirer in extrémis. Comme le précédent livre, ça a été une délicieuse surprise de relire un bouquin que j’avais largement oublié.

cugel-the-clever-cover-2

Acryliques Golden et feutre pinceau sur papier croquis (en fait, je ne retrouve pas les références).

Croquis préparatoire




  • 4 commentaires

    • Pat Rik dit :

      Voilà le réponse à la question que j’ai posé (à l’instant) sur l’illustration sur le billet sur Charles Keeping. :-)
      Je ne sais pas si tu te poses toi-aussi l’irritante Question, à savoir : - »Dois-je conserver le travail préparatoire pour le dessin final ? »
      J’ai remarqué, avec agacement, que le dessin préparatoire qui jaillit du crayon est, dans la majorité des cas, toujours plus « expressif » les personnages sont saisis malgré eux dans leur spontanéité, ensuite pour la version finale ils posent toujours un peu, comme pour masquer leur vraie nature.
      Sinon belle couve, qui donne envie de lire le bouquin (donc: mission accomplie ;-)

      • Li-An dit :

        @Pat Rik: ce concept de vie dans le travail préparatoire n’est évident que pour l’Homme Moderne. C’est l’évolution de l’Art qui a validé le geste comme oeuvre. Je pense que je suis plutôt un dessinateur spontané – ce qui n’est pas très bon en BD – et on remarquera que j’ai conservé des traces de cette vigueur dans le fond. Ici, on est dans un ouvrage classique, quelque chose de trop « brouillon » n’aurait pas été raccord à mon avis.

    • julien dit :

      Parce que ça bouillonne un crayonné;un flou génial et nos yeux composent avec;mettent un peu du leur…C’est l’idée parfaite de la tragédie:Renoncer à ça.
      Oui;trés belle illustration!Avec un vert-Forest(logique,tiens.)savoureux.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>