Texas Cowboys (Bonhomme & Trondheim – Dupuis)

texas-cowboys-couv

Quelque que fois je m’épate moi-même quand mes théories se trouvent confirmées par la réalité. Parlez de western à un éditeur et il fera la grimace: seuls les auteurs installés peuvent se le permettre. Voilà donc un western signé Trondheim et Bonhomme qui poursuivent leur collaboration commencée avec Omni Visibilis.
Ça commence un peu mal puisque le Texas en question est très générique – on est plus proche de Morris que de Giraud – et en plus, on n’y voit pas un seul cowboy ! (je rappelle que « cowboy » est un métier consistant à garder et convoyer des vaches). Publié en « feuilleton » dans le beau journal de Spirou, on croise différents personnages dont les destins s’entrecroisent dans « le pire endroit » de l’Ouest avec un personnage de journaliste en quête de fortune dans le rôle pivot. Joueuse de poker, hors la loi impitoyable, shériff corrompu, vengeance, chasse au trésor s’entremêlent avec fluidité et moultes surprises vous attendent. Comme d’habitude chez Trondheim, le ton est ironique et la plupart des personnages n’échappent pas à leur fatalité en pensant être libre.
Un album que j’ai lu avec beaucoup de plaisir et une pointe de déception. Le dessin de Bonhomme est honnête – il me faut tirer mon chapeau à un type qui dessine des gens trimballant une selle de cheval avec un naturel confondant – mais sans plus par rapport à ses capacités et le tout manque un peu de transpiration. Ce patelin est censé être le pire endroit de l’Ouest sauvage ? Difficile à croire.
On remarquera que le personnage de joueuse de poker est inspiré de celui d’Angie Dickinson dans Rio Bravo.




  • Auteur de BD et bavard impénitent | Contact | Bio/Biblio | Dernier album: La revanche du grand singe blanc (Vents d'Ouest - 2013).

    12 commentaires

    • Répondre septembre 17, 2012

      Tororo

      C’est vrai, ça ressemble beaucoup à l’Ouest bien propre et bien rangé des Spirou du bon vieux temps… celui de Jerry Spring. Quoi que, chez Jerry Spring, les chevaux étaient roses, mauves et zinzolin, c’était plus gai.

      • Répondre septembre 17, 2012

        Li-An

        @Tororo: Zinzolin ? Voilà une couleur que je vais replacer avec plaisir – sans compter au Scrabble ! C’est vrai que c’est du western un peu emmenthal…

    • Répondre septembre 17, 2012

      julien

      Je continue à craquer pour M.Bonhomme.Le contre emploi y est ici peut être moins heureux,mais ça transpire de plaisir pris et partagé.Moi,mon dessinateur de western préféré(On dirait un gosse de 5 ans qui écrit)j’ose pas l’dire.

      • Répondre septembre 17, 2012

        Li-An

        @julien: euh ??? Bastien Vivès ?

    • Répondre septembre 17, 2012

      julien

      Ah.Tiens,non.
      C’est un belge:Marc-Renier.J’aurai du préciser:Son approche du genre.Pourquoi pas.

      • Répondre septembre 17, 2012

        Li-An

        @julien: ah oui, c’est vrai tu en as déjà parlé.

    • Répondre septembre 23, 2012

      Totoche

      C’est p’têt pasque que c’est tourné en studio ?

      • Répondre septembre 23, 2012

        Li-An

        @Totoche: en général, on alterne dans ce genre de productions :-)

    • Répondre février 6, 2013

      Olivier R

      A propos de scénario de Trondheim, je viens de lire son Spirou. C’est moi ou c’est pas franchement top?

      • Répondre février 7, 2013

        Li-An

        @Olivier R: il n’a pas laissé un souvenir marquant. Je crois que son Lapinot/Spirou était plus rigolo.

    • Répondre février 7, 2013

      Pierre

      Bonhomme ne dessine pas comme Giraud mais il a sa calligraphie !

      • Répondre février 7, 2013

        Li-An

        @Pierre: pt’ete ben. Un peu quand même.

    Laisser une réponse