Rions un peu à Angoulême

En BD, comme on fait désormais des œuvres sociétales, on se retrouve avec des polémiques sociétales – évidemment, j’aurais personnellement préféré des polémiques artistiques mais on fait avec ce que l’on a. Bref, le CCBDCS a fait judicieusement remarquer que la sélection de cette année pour le Grand Prix – qui récompense en général un auteur qui en a marre de faire de la BD parce que ça paye quand même moins que le cinéma – ne comportait aucune femme. Pas que les femmes n’y soient jamais représentées mais, cette année, il n’y en avait pas. Avertis de cette situation, certains auteurs nommés ont demandé que leur nom soit retiré. Polémique médiatique s’en suivit, la liste fut retirée et maintenant, on nous demande de voter pour qui on veut – j’ai mis Philippe Mouchel en tête parce que y’a pas de raison.

Comme je ne suis pas trop l’actualité BD, j’ai découvert il y a peu une vidéo postée il y a quelques mois par le CCBDCS tournée en 2014 à Angoulême – comme quoi il s’y passe des choses intéressantes mais comment le savoir quand on est coincé à sa table de dédicaces ? – où on découvre Lisa Mandel mener une discussion fort instructive intitulée sobrement Les hommes et la BD. Parce que si on demande aux auteures femmes comment elles se sentent dans un milieu très masculin, on ne pose jamais la question aux mecs.
Seront abordés la masturbation au travail (avant ou après la planche), le coup d’œil féminin pour harmoniser les couleurs et autres peccadilles. J’ai ri. Beaucoup.
Avec Florent Rupert, Bastien Vivès, Franky Baloney et Jérôme d’Aviau (qui arrive à la fin).

Les hommes et la BD from Collectif Creatrices BD on Vimeo.




  • Étiquettes

    8 commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *